La journée nationale en hommage aux victimes de l'esclavage colonial commémorée au jardin botanique de Cayenne

commémorations
Commémoration du 23 mai 2021
©Clotilde Séraphins George

Hier 23 mai, pour la 5e année consécutive, la Journée nationale en hommage aux victimes de l'esclavage colonial était commémorée. Ce devoir de mémoire a été célébrée à Cayenne, au jardin botanique, au milieu des noms des 13 000 esclaves guyanais devenus nouveaux libres le 10 juin 1848.

C’est la loi sur l'égalité réelle outre-mer de février 2017 qui instaure officiellement ce devoir de mémoire : « La République française institue la journée du 10 mai comme journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions, et celle du 23 mai comme journée nationale en hommage aux victimes de l'esclavage. »

Cérémonie du 23 mai 2021
Cérémonie du 23 mai 2021 au jardin Botanique ©Clotilde Séraphins

Une courte cérémonie a été organisée à Cayenne en présence de personnalités du département telles la sénatrice Marie-Laure Phinéra-Horth, la maire de Cayenne, Sandra Trochimara aux côtés du préfet de région,Thierry Queffelec et de l’ancienne Ministre de la Justice, Christiane Taubira, qui a souligné dans son propos :

... Tous nos ancêtres sont globalement des victimes mais nous ne devons pas leur refuser, leur subjectivité, leur individualité, leur trajectoire particulière et la façon individuelle dont chacune, chacun fait face à cette violence en inventant des formes nouvelles de résistance. En tenant pour rester en vie, en essayant de protéger les personnes qu'ils aiment . Donc oui ce sont des victimes mais individuellement des combattants et des combattantes... ce sont des résistants et des résistantes...

 

Cayenne : cérémonie d'hommage aux victimes de l'esclavage.