L’association territoriale de chasse de Guyane se bat pour le respect de la culture et des modes de vie traditionnels

chasse mana
Chasseurs

L’association territoriale de chasse de Guyane dénonce un arrêté préfectoral limitant le transport de carburant à 60 litres par embarcation sur le fleuve la Mana. Un arrêté considéré par cette dernière comme un non-respect de la culture et des modes de vie traditionnels.

 

L’association territoriale de chasse de Guyane dénonce un arrêté préfectoral limitant le transport de carburant à 60 litres par embarcation sur le fleuve la Mana. Un arrêté considéré par cette dernière comme un non-respect de la culture et des modes de vie traditionnels. Mardi dernier, une délégation de chasseurs et de pêcheurs était reçue par le maire de Mana Albéric Benth et le sous-préfet Frédéric Bouteille.

Des chasseurs déterminés

Le ton est ferme. Les chasseurs expriment leur frustration avec virulence. Pour la majorité des chasseurs présents ce jour-là, cet arrêté complique énormément leur quotidien. Un arrêté du 6 novembre 2020 de la DGTM, (la direction générale des Territoires et de la Mer de la Guyane), portant sur des mesures temporaires de limitation de la navigation fluviale par la mise en place d’un point de contrôle sur le fleuve de Mana. Les chasseurs sont opposés à cette réglementation.

Beaucoup de fonctionnaires arrivent sur le territoire et prennent des décisions sans consulter les Guyanais. Toute la Guyane est mise sous cloche. 

Patrick Cosset  président de l’association territoriale de Chasse de Guyane


Respect des traditions

Plusieurs membres de l’association sont présents autour de cette table et revendiquent aux autorités le respect de leur mode de vie et de leur liberté de circulation sur le territoire.

Je considère que la problématique est sérieuse. Nous avons des habitudes, des pratiques, je crois que la préfecture les entendra

Albéric Benth maire de Mana

 

Un dialogue nécessaire

Une mesure pour lutter contre l’orpaillage illégal. Les membres de l’association territoriale de chasse de Guyane ne s’y opposent pas. Mais, ils demandent à l'avenir d’être consultés dès que ces réglementations ont un impact sur leurs pratiques de pêche et de chasse.

Les chasseurs ont bien compris la nécessité d'un équilibre à trouver entre la libre circulation et la lutte contre l'orpaillage. Nous allons nous revoir pour définir la quantité de carburant à transporter. 

Frédéric Bouteille sous-préfet aux communes du fleuve



Une enquête devrait être diligentée, avec la gendarmerie et l'association territoriale de chasse de Guyane, afin de revoir la problématique de limitation du carburant sur le fleuve la Mana.

Retrouvez le reportage d'Eric Léon :

Chasseurs : contre la limitation des quantités de carburant.