Port du masque obligatoire : une mesure globalement acceptée et appliquée par la majorité des habitants de Saint-Laurent

coronavirus saint-laurent-du-maroni
Port du masque obligatoire à Saint-Laurent
©Myriam-Maëva Ponet
Le port obligatoire du masque est applicable depuis lundi dans tous les lieux publics clos. A Saint-Laurent où l’épidémie est en augmentation, que pensent les habitants de l’application du décret en vigueur depuis le début de la semaine. Approuvent-ils ces nouvelles mesures ? 
 
Alors que le pic épidémique est attendu dans les prochaines semaines dans l’Ouest, l'obligation du port du masque n'a pas l’air de troubler outre mesure les habitudes des consommateurs.
Habitantes de Saint-Laurent
©MM Ponet
Pourtant, ils sont nombreux à être convaincus de la nécessité d’une telle mesure.
Une habitante de Saint-Laurent :

Je pense qu'à un moment donné, il faut hélas passer par des restrictions, par des mesures et dans tous les lieux fermés mettre son masque, ce qui est recommandé... même si je suis un peu mitigé. Malgré tout il faut quand même se préserver et préserver les autres...

Une autre habitante pense même qu'il faut verbaliser si cela est nécessaire.
Du côté des commerçants, la cause semble entendue, même si quelques rappels aux clients sont parfois nécessaires. La gérante d'un magasin :

Je trouve que 'on prend le risque de venir travailler, je pense que chaque personne doit prendre ses responsabilités. Nous portons le masque, il est normal que les clients fassent de même...


Si la grande majorité de la population porte le masque, les forces de l’ordre préfèrent en appeler à la responsabilisation de chacun :
Nicolas Martin, Commandant en second de la Compagnie de Gendarmerie Nationale de Saint-Laurent du Maroni :

On ne voit pas l'intérêt de verbaliser quelqu'un qui a compris la règle et qui est prêt à l'appliquer... je pense qu'aujourd'hui les gens ont compris l'importance du port du masque, sont sensibilisés à la pandémie. En règle générale on appelle à la responsabilisation des gens...



 
Pour l'heure, pas encore de verbalisation des forces de l’ordre.
Les récalcitrants risquent une amende de 135€

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live