Route Maripasoula-Papaichton : coup d'envoi du chantier prévu en août

travaux publics maripasoula
Route Maripasoula-Papaichton : coup d'envoi du chantier prévu en août
La construction de la route entre Maripasoula et Papaichton doit commencer dans 4 mois, informe l’Etat, maître d’ouvrage du projet. Sollicité par Guyane la 1ère sur ce dossier, le préfet annonce que le financement du projet est bouclé. 

 
Transformer la piste Maripasoula-Papaichton en route : jusqu’à présent, ce n’était qu’une promesse. Cette semaine, le projet est devenu réalité. Le maître d’ouvrage, l’Etat, a mis en ligne l’appel d’offre pour désigner l’entreprise qui va construire la 1ère tranche de cette route.
Marc Del Grande, Préfet de Guyane :

"L'appel d'offre est lancé depuis vendredi dernier et tout est fait, nous avons les crédits pour débuter les travaux au début du mois d'août, c'est à dire à la prochaine saison sèche."

Il s’agit de construire 32,5 km de route bitumée de Maripasoula à Papaichton. Un chantier de plus de 32 millions d’euros.
L’Etat apporte 21 millions, via les Ministères des outre-mer et de la transition écologique et solidaire. L’Europe investit 11,4 millions, via la CTG, autorité de gestion des fonds européens. Le projet est prévu en deux phases
Une première tranche cette année, sur 12 kms, le reste l’année prochaine.
MarcDel Grande, Préfet de Guyane :

"On peut toujours avoir des impondérables techniques ou des impondérables en matière de pluviométrie, à ce moment là nous aurions peut-être besoin d'une troisième année, mais l'idée c'est de faire ça en deux années."

Deux ans, un délai qui semble court, car il faudra bâtir aussi trois ponts et 32 passages busés pour l’écoulement des eaux sous l’ouvrage. La route devra permettre le passage des poids lourds jusqu’à 48 tonnes.
La CTG s’est engagée à la prendre en gestion après le chantier.
Rodolphe Alexandre, président de la CTG :

"La collectivité territoriale, sous ma signature, mais au nom de l'assemblée, s'engage à récupérer le patrimoine routier Papaichton - Maripasoula pour que nous puissions mettre en place les moyens et dispositifs pour l'entretien de la route. Toutefois dans mon courrier adressé au Président et à Madame la Ministre, nous demandons avant la rétrocession, une expertise de façon à éviter les erreurs qui auraient pu se faire sur d'autres routes, et je pense en particulier sur Apatou."

Restera ensuite à construire la route du fleuve, d’Apatou à Papaichton, pour désenclaver la vallée du Maroni. Inscrit dans le SAR, le Schéma d’Aménagement Régional, ce projet n’a pas avancé depuis l’approbation de ce document par le conseil d’Etat, en 2016.
©Laurent Marot