Les commerçants de Saint-Laurent confrontés à la violence d'une partie de leur clientèle qui refuse de porter le masque

société saint-laurent-du-maroni
La boulangerie du Fleuve à Saint-Laurent
©Eric Léon
A Saint-Laurent-du-Maroni, plusieurs commerçants se sont fait agresser par des clients qui refusent de porter le masque.
Depuis quelque temps, ces agressions verbales sont récurrentes, elles troublent le quotidien de ces professionnels sur leurs lieux de travail.
 
A Saint-Laurent-du-Maroni, plusieurs commerçants se sont fait agresser par des clients qui refusent de porter le masque.
Pourtant dans certains secteurs comme la restauration et le commerce le port du masque est obligatoire. Depuis quelque temps, ces agressions verbales sont récurrentes, elles troublent le quotidien des professionnels sur leurs lieux de travail.
Les agressions verbales contre les commerçants réclamant le port du masque
©Eric Léon


Une situation de violence récente dans ces commerces

Derrière le comptoir d'une boulagerie malgré la distanciation sociale, les jeunes femmes qui servent ne sont pas à l’abri des agressions. L’équipe de vente 100% féminine de ce commerce, depuis quelques semaines,  fonctionne difficilement. Des clients ne veulent pas porter leurs masques. Pour la responsable de la boulangerie installée depuis 7 ans cela n’était jamais arrivé.
Prisca Tsang, responsable de la boulangerie Fleuve du Maroni :

On m'insulte avec sa langue. J'ai appelé la gendarmerie qui m'a répondu que toutes les patrouilles étaient occupées. Le monsieur sans masque me parlait méchamment comme si c'était normal...


Un comportement irresponsable condamné par d'autres clients qui fréquentent le commerce dans le respect de la distanciation. 
Dans la supérette du quartier Sables Blancs à Saint-Laurent
©Eric Léon
Dans une superette, au quartier Sable blanc, c’est le même constat. Depuis plusieurs semaines et même plusieurs fois par jour, des altercations ont lieu avec des clients très agressifs ne portant pas de masques, d'ailleurs durant l'interview, un jeune homme se faufile dans un rayon sans masque.
Liyin Zou, responsable du Proxi Maxi 10 :

On ne va pas discuter avec eux parce qu'après ... ils me font peur. Là avec ma grossesse, mon mari si on se bat, il y aura beaucoup de mal...


 Beaucoup de communication a été faite pour les commerçants de Saint-Laurent. Une information qui s'accompagne de distribution de stations de gel et d'autocollants de signalisation beaucoup plus visibles. 
Respect de la distanciation sociale. Panneau port du masque
©Eric Léon
Ces commerçants sont en difficulté car la loi n’est pas de leur côté, ils sont censés faire respecter le port du masque dans leur magasin. En même temps, ils ne vont pas courir le risque de s’interposer face à des gens violents.

Le commerçant peut être pénalement sanctionné et cela peut aller, en théorie, jusqu'à la fermeture administrative, s'il ne fait pas le nécessaire pour s'assurer que les clients portent le masque dans son commerce... il y a le risque de se faire agresser, même verbalement et le boulanger c'est au quotidien!

Alain Cheung président de l'association chinoise de l'ouest guyanais


Ces commerçants ont fait appel à la gendarmerie qui n’a pas donné de suite. Il n'y pas suffisamment de patrouilles pour cela.
Pourtant la loi en vigueur autorise la verbalisation du non port du masque dans les lieux publics.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live