Palo Lagwiyann : Lorenzo d'Iracoubo

élections
Lorenzo Koese
Lorenzo Koese d'Iracoubo ©CL
Ils habitent la Guyane, s'interrogent sur le sens de la politique et en parlent simplement. Une équipe de Guyane la 1ère  a enregistré des Guyanais à Macouria, Kourou, Sinnamary, Iracoubo, Mana, Javouhey, Awala-Yalimapo, Saint-Laurent et Apatou. Écoutez "Palo Lagwiyann".
Il est vendeur dans une des épicerie d'Iracoubo, Lorenzo Koese, 21 ans aimerait un jour créer son entreprise de plomberie pour exercer le métier pour lequel il a été formé.
Lorenzo aime sa commune et n'envisage pas d'aller ailleurs :

"J'aurais aimé qu'on dise : "Iracoubo a roun bon comun"... Ici il y a du couac, il y a tout mais c'est pas tout le monde qui le sait, des sispas, du wang, l'agriculture, la pêche..."


Pour les jeunes, Lorenzo explique que ce n'est pas facile :

"On commence l'école ici après pour le lycée, il faut aller à Cayenne, Saint-Laurent ou Kourou. Après, certains jeunes partent pour des études, d'autres reviennent à Iracoubo. Au réveil le matin, il n'y a rien à faire, tu es diplômé mais si tu n'as pas de famille en ville pour t'accueillir, tu es obligé de rester gratter à Iracoubo".


Lorenzo attend des politiques qu'ils se montrent aussi dans les petites communes après avoir gagner les élections. Même si il sait que cela n'est pas toujours facile pour les élus. Il se révolte contre sa condition :

"Je n'irai pas voter, j'aurai aimé voter mais je ne suis pas français. Je ne suis pas né en Guyane, c'est chiant pour moi. Les jeunes qui ont les papiers français qui peuvent aller à l'armée et faire leur vie restent dans la rue à tirer la chaîne des autres, à voler, braquer les gens. C'est pas bon!"

 
Lorenzo veut croire à sa chance. Pour l'instant il vit à Iracoubo chez sa mère qui est handicapée pour l'aider.
Très apprécié des jeunes de la commune, il a été élu mister Iracoubo en 2015.