Cinéma : plein succès pour le festival "La toile des Palmistes" à Cayenne

cinéma cayenne
Festival La Toile des Palmistes 2020
©Isabel Lerouge
Le festival La toile des Palmistes s'est achevé le 7 novembre. Cette 4e édition a été un succès. Les spectateurs se sont déplacés nombreux et ont affiché leur pleine satisfaction de découvrir, en plein air, des films de qualité mettant en avant le talent de jeunes acteurs et réalisateurs régionaux.
Dernières projections de nuit sous les palmiers ce samedi à Cayenne, plusieurs films étaient à l’affiche de l’ultime séance en plein air au programme de la quatrième édition de La Toile des Palmistes. Une séance placée sous le signe du Brésil et de la musique.
Durant la soirée, trois jeunes réalisateurs amateurs ont également reçu un prix dans le cadre du concours de court-métrages du festival la Toile des Palmistes.
La Toile des Palmistes 2020
Affluence sous les chapiteaux ©Isabel Lerouge
La toile se fait la malle sous les assauts du vent. C’est donc avec du jazz que débute la soirée, une improvisation du Big band du conservatoire de musique de danse et de théâtre de Guyane. Puis les notes se font détonations, cris, pleurs, pour accompagner à un extrait muet du film « Jean Galmot aventurier » d’Alain Maline. Une musique qui sublime les anciennes images en noirs et blanc du carnaval de Rio de 1920.

« C’est formidable, c’est extraordinaire. Je ne sais pas quoi dire car c’est livrer de la bonne chose à tout le monde. C’est à dire au public parce que beaucoup de gens ne vont pas au cinéma. »


s'exclame un spectateur.
La Toile des Palmistes 2020
Fabrice Charlery lauréat 2020 du concours de court-métrage du festival La Toile des Palmistes ©Isabel Lerouge
Festival de cinéma gratuit, la toile des Palmistes démocratise le 7e art et met un coup de projecteur sur les talents du pays
 

«Il y a des auteurs qui ont du talent. Et j’ai remarqué qu’ils disaient qu’ils avaient du mal à être financer. Donc on encourage toutes les bonnes volontés pour les aider»


Une manière de soutenir le monde culturel particulièrement fragilisé par la crise sanitaire.
 

«Avec le Covid, c’est un planche pour la culture. Je trouve cela comme cela. Moi je suis artiste. C’est un peu difficile pour nous en ce moment. »

 

Un festival qui fait le plein

Le festival consacre les talents amateurs de Guyane avec un concours de court-métrage. Dix films étaient sélectionnés. Au final, la palme est décernée à Fabrice Charlery, un jeune passionné de cinéma pour son film « Et si demain c’était encore hier… ». Les premiers pas d’un futur grand.
 

« J’ai écrit plusieurs scénarios, j’ai un passif de comédien. Je me met petit à petit à la réalisation et parvenir à remporter un prix c’est juste génial»


Le deuxième prix est remis à Manureva Garrivier pour son film « Toukobot ». Le troisième prix revient à « Songe » réalisé par Magali Martinez. Le prix coup de cœur du festival la Toile des Palmistes est attribué au court-métrage « Le casting » de l’APAJH Guyane, un film consacré au handicap réalisé par Kensay Madras. Sur scène les acteurs très émus sont ovationnés.
Alors que les complexes de cinémas ne font plus salle comble depuis le déconfinement, le festival a fait le plein durant plusieurs soirées.
Marc Barrat, délégué général du festival La Toile des Palmistes et président de la G-CAM, association organisatrice du festival :
 

« Il y a toujours autant d’affluence, l’Eldorado on a dû refuser du monde par rapport à la jauge covid des salles de cinéma. Les gens commencent à prendre leurs repères à la toile des palmistes. Et je pense que l’année prochaine on passera sans doute à un festival annuel.»


L’avenir du cinéma guyanais se joue donc sous les étoiles avec un festival qui a trouvé son public, malgré les restrictions liées à la crise sanitaire. Le «ciné» sous les étoiles s’avère alors une véritable alternative au « ciné » en salle obscure limité, lui, par les mesures anti-covid. Une solution peut-être pour maintenir l’activité et l’économie liées au 7e art.
Cinéma : le palmarès de la 4e du festival La toile des Palmistes