publicité

Portraits de femmes : Marie-Amélie Lockhart, première Guyanaise technicienne dans la télécommunication

Marie-Amélie Lockart fait partie de ces femmes de Guyane qui ont exercé des métiers d'hommes. Première technicienne dans la télécommunication, elle a du s'imposer pour mener carrière. Son parcours est exemplaire.

Marie-Amélie Lockart, 1ère technicienne télécoms de Guyane © Guyane la 1ère
© Guyane la 1ère Marie-Amélie Lockart, 1ère technicienne télécoms de Guyane
  • Aline Belfort
  • Publié le
Marie-Amélie Lockhart naît à Cayenne en 1953. Son enfance se déroule en Guyane et en Algérie où sont affectés ses parents. C’est au Lycée Félix Eboué de Cayenne qu’elle termine son second cycle et y passe le baccalauréat série D en 1971.
En 1972 sa  mère bénéficiant d’un congé administratif en France, repart avec sa famille. Marie-Amélie, pourra donc  commencer les études souhaitées : la médecine. Pour des raisons familiales, elle ne peut réaliser son projet estudiantin et doit travailler.

Une insertion professionnelle courageuse


La Poste, Télécommunication et Télégraphe (PTT) recrute. Marie-Amélie  y travaille comme agent d’exploitation.
A cette époque, le secteur des télécommunications accuse un retard structurel important. Mille postes de techniciens et de contrôleurs sont mis au concours.  Passionnée de mathématiques et d’électronique, notre future technicienne s’y intéresse. Elle est reçue au concours et entame une formation d’un an. Les femmes représentaient à peine 8 % des stagiaires.

De la poste à la télécommunication


C’est le cheminement de Marie-Amélie. Il est intéressant de découvrir l’organisation de la télécommunication si présente dans notre quotidien.
La structuration de cette institution a pour base l’importance des agglomérations réparties en trois groupes. Ils correspondent chacun à un système de commutation téléphonique.
Dans les villes de 50 000 habitants et plus un gros serveur permet la réalisation de la communication téléphonique par transmission de données.
Les villes moyennes  de moins de 50 000 habitants bénéficient du système CP400, c’est le cas de Cayenne et Kourou à l'époque.
Les zones rurales utilisent de petits systèmes satellites (SOCOTEL). Ils servent à relier les communes à Cayenne par exemple où le commutateur est installé.

Le retour au pays


Le projet de retour en Guyane a toujours été l’objectif de la pionnière. Il se réalise en 1976.
Quand la nouvelle technicienne se présente pour la première fois à son poste, elle crée la surprise. On attendait une femme certes, mais un homme manqué ! Ce n’était pas le cas. Dans son service, tous les techniciens étaient des hommes. La quasi totalité était originaire de France,  ce métier n’étant pas connu des Guyanais. L’humour côtoie une misogynie larvée. C’est à la force des poignets et une volonté inflexible, dans une quasi solitude, que la première technicienne guyanaise a pu faire sa place dans ce monde masculin.

Le champ d’intervention de la première technicienne Guyanaise dans les télécommunications


Son champ d’intervention couvrait tout endroit du territoire équipé d’un commutateur : Cayenne, Kourou, les communes du littoral, Maripasoula,  Saint Georges, Saint Laurent …
Le commutateur a pour fonction entre autres de détecter le décrochage d’un poste, la panne suite à une plainte d’abonnés ou du service de réclamation ou encore une anomalie relevée par un test automatique.
Marie-Amélie raconte une des anecdotes témoignant que la surprise ne se limitait pas à son milieu professionnel immédiat.
A Maripasoula, elle est accueillie par la formule surprenante : « C’est vous qui êtes là ? » Puis, on lui demande  « vous n’avez pas peur d’attraper un coup de courant ? ». Ce à quoi, elle répondit  : « non, j’ai fait une formation ».

Un métier en constante évolution


Le métier de technicien est en constante évolution fort heureusement soutenue par une formation en continu.

Un constat peut être fait sur la féminisation du secteur. A cette date, en Guyane, seules deux femmes exercent le métier de technicienne dans les Télécommunications.
En 2015, Marie-Amélie Lockhart a arrêté son activité professionnelle.

Les activités extra-professionnelles


La première technicienne Guyanaise dans les télécommunications s'adonne à des activités de détente telles : l’ikébana, le jardinage, le soutien scolaire dans le voisinage. Elle s’occupe de ses petits-enfants.

Marie-Amélie Lockhart a ouvert la voie du choix par les jeunes et notamment les femmes, des métiers techniques. Elle a participé à modifier et à valoriser l’image qu’on avait de la femme dans le secteur des Télécommunications.

Sur le même thème

  • Portrait

    Le destin tragique de Sébastien London, victime d'une vendetta

    Victime d'un énième acte de violence, Sébastien London a été tué le 9 juin par arme à feu devant son domicile et sous les yeux de sa soeur de 15 ans. Habitant du village chinois, il était membre de l'association Les Frères de la Krik impliquée dans l'amélioration de la vie de ce quartier de Cayenne.

  • Portrait

    Théodore Bazilie le planteur de toloman

    Dans sa propriété de 19 hectares à Mana, Thédore Bazilie a cultivé du cacao, des ananas, de la vanille, de la dachine, de la tayove et bien d'autres fruits et légumes. A 90 ans, le vieil agriculteur, toujours en activité caresse un rêve, l'exploitation à grande échelle du toloman (canna indica).

  • Portrait

    Anthony d'Oliveira, le citoyen du monde est de retour

    Après avoir déjà passé plusieurs semaines en Guyane en mars dernier, Anthony d’Oliveira est revenu pour 7 jours. Originaire de Paris, le jeune homme parcourt le monde depuis 2013. Un choix de vie dénommé « JUMPS ».

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play