Portraits de femmes : Naïma Weimert première Guyanaise ingénieure juriste en environnement et responsable Qualité Sécurité et Environnement

vos rendez-vous
Naïma Weimert
Naïma Weimert ©Guyane la 1ère
Après six années d'études complexes, Naïma Weimert, volontaire et déterminée obtient son diplôme d'ingénieure juriste en environnement et de responsable Qualité Sécurité et Environnement. Elle a forgé son expérience à la Réunion avant de revenir en Guyane en 2016.
Naïma est née à Cayenne en 1982. Toute sa scolarité jusqu’à la seconde se déroule dans les établissements scolaires de cette même ville. Intéressée par la chimie,  elle obtient le baccalauréat en Sciences et Technologies de  Laboratoire (STL).

Le cursus universitaire, le temps de la réflexion


Naïma s’inscrit à l’université de Paris VI,  Pierre et Marie Curie à Paris en Sciences et Technologies. Elle  prépare un Diplôme Universitaires d’Etudes Générales (DEUG) avec une spécialité en sciences de la terre. Pendant ces 3 années, l’étudiante mûrit son projet professionnel
Une synthèse de ses deux centres d’intérêt : la chimie et la nature.
C’est sous l’angle de la chimie surtout qu’elle s’intéresse à la nature. Or, la société est de plus en plus sensible à la protection de  l’environnement qu’elle souhaite mieux appréhender. Une voie s’ouvre à l’étudiante qui prend la décision de poursuivre des études dans l’environnement pour en faire son métier.
Un choix professionnel déterminé.
Après une sélection drastique, l’étudiante est admise  à l’Institut Supérieur de l’Environnement à Paris, l’une des premières écoles préparant aux métiers dans ce secteur. Naïma Weimert préparera en 3 ans un diplôme d’ingénieure juriste en environnement. Dans cette formation, on dispense un enseignement technique et scientifique relatif à l’étude des sols, de l’eau, de l’air, du bruit et le droit de l’environnement. 

Une volonté inflexible pour l’atteinte de ses objectifs


Le parcours des jeunes diplômés est difficile. En 2009, c’est à Saint Denis de la Réunion que Naïma trouve son premier emploi. Elle exerce la fonction de chargée de mission Développement Durable à la mairie de Saint Denis.
Puis l’ingénieure décide d’ajouter à ses compétences un diplôme de responsable en Qualité, Sécurité et Environnement (QSE).

Les contrats s’enchaînent toujours à la Réunion


En 2011, le groupe Total recrute l’ingénieure QSE guyanaise. Elle a pour mission d’accompagner l’entreprise en vue de l’obtention d’une  certification OHSAS 18001 en « management de la santé et sécurité au travail ».

Naïma Weimert, seul cadre technique féminin sur les chantiers de :

- la société bulgare OKZ Holding chargée en 2011 de la construction des réservoirs de stockage de la centrale thermique EDF sur la commune du Port. Elle recrute notre pionnière en tant que responsable Hygiène Sécurité Environnement.

- du groupe ENDEL qui recrute Naîma Weimert, en 2013. Elle a pour mission en Nouvelle-Calédonie, de mettre en oeuvre la politique de prévention des risques de l'EDF sur le chantier réalisant l’exploitation de nickel à Koniambo. La pionnière a sous sa responsabilité 40 salariés dont trois femmes électriciennes.

Une motivation particulière pour les chantiers
De l’avis de Naïma, le chantier est le terrain par excellence où l’on peut vérifier  l'intérêt que présente la prévention des risques et l’aboutissement de ce que l’on préconise par une adaptation permanente.

Le regard porté sur la femme cadre sur les chantiers


Naïma Weimert résume avec objectivité le regard qu’engendrent, non seulement,  la diversité des genres en milieu masculin mais aussi le jeunisme. Il est empli de doute face à l’expertise de «la femme » dans le domaine technologique et aussi face à l’inexpérience pense t-on du jeune. Très vite, le cadre féminin doit s’imposer et faire valoir ses compétences. Une fois les barrières de la méfiance tombées, le respect  et les relations cordiales alors, s’installent.
En 2015, son nouvel emploi à L’APAVE conduit Naïma vers son pays. Dans cette entreprise, elle exerce une mission de conseil et d'assistance technique en hygiène et sécurité au travail.
En 2016, notre pionnière regagne le chantier. Elle est recrutée par le groupe Bouygues dans ses domaines de compétence pour la construction de l’Hôpital de Saint-Laurent du Maroni. L’ingénieure supervise la sécurité de 250 personnes sur le chantier.

Que dire à la jeunesse


Voici le message d’une jeune, Naïma Weimert, à la jeunesse d’un pays où 50 % d’entre eux ont moins de 25 ans. Elle les côtoie sur le chantier.

« la Guyane  a besoin de professionnels à tous les niveaux de qualification. Aujourd’hui, les métiers manuels ou techniques ne nécessitant pas de longues études offrent toutes leurs chances à ceux qui auront le courage de se former. Avec de la persévérance, les résultats positifs arrivent tôt ou tard, pour cela on doit être le moteur de soi-même ».


Que les judicieux conseils de Naïma Weimert,première guyanaise ingénieure juriste en Environnement et en Qualité Sécurité Environnement soient entendus et son expérience suivie.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live