publicité

Portraits de femmes : Véronique Bonneton première Guyanaise, commandante en aéronautique

Véronique Bonneton, une femme engagée et déterminée. Une grande sportive au parcours de vie peu commun. Aujourd'hui la jeune femme est pilote,  commandante en aéronautique à la compagnie Air Guyane. Elle avait toujours été intéressée par le monde de l'aviation. 

Véronique Bonneton, pilote © Guyane la 1ère
© Guyane la 1ère Véronique Bonneton, pilote
  • Aline Belfort
  • Publié le , mis à jour le
Véronique Bonneton est née à Clamart en 1979. Toute sa scolarité se déroule à Cayenne où elle obtient le baccalauréat série L en 1996. La future pilote est titulaire d’une licence en économie et d’un master en économie internationale.


Une insertion dans le monde du travail


Dans le cadre de la préparation du master, Véronique Bonneton effectue un stage à Trinidad.
A cette même période, l’étudiante se rend en Guyane. En vol, elle entend une annonce d’Air France proposant le recrutement de cadets dans l’aviation. Vivement intéressée Véronique postule. Sa candidature n’est pas retenue.  Mais, ce fut l’élément déclencheur de son intérêt pour l’aviation.
De retour à Trinidad, l’étudiante s’inscrit dans une école de pilotage où elle effectue ses débuts dans l’aéronautique.

Le retour au pays


Son master en économie internationale obtenu, Véronique revient en Guyane. Dans l’attente d’un emploi stable correspondant à ses attentes, un métier en lien avec l’international.  Elle occupe divers emplois.
En 2008, le hasard la met en présence d’une affiche de l’association des pilotes professionnels antillo-guyanais appelant à candidater pour une formation. Notre future pilote réussit avec succès l’examen d’admission et fait partie de la seconde promotion.

L’Association des Pilotes Professionnels Antillo-Guyanais : une structure facilitatrice pour un accès au métier de pilote


En 2005, un petit groupe de pilotes antillais crée une association afin de promouvoir et faciliter l’accès des jeunes Antillo-Guyanais au métier de pilote. Ils les jugeaient trop peu nombreux dans ce secteur. La formation théorique et pratique dure 2 ans. Elle est dispensée par l’université de Perpignan.
La future pilote, Véronique Bonneton, suit le cursus universitaire et la pratique aux Etats-Unis soit 200 heures de vol. A l’issue de sa formation, notre pionnière obtient sa licence de pilote professionnelle. Elle est titulaire de la qualification  mono pilote, mono moteur.
En 2011, afin de travailler à Air Guyane, elle a obtenu la qualification bi moteur LET 410. Rappelons que cette compagnie aérienne dessert en Guyane : les communes de Maripasoula, Saül, Saint-Laurent, Grand-Santi.
Véronique nous dit que deux raisons, ont motivé son choix pour le métier de pilote :
La première est le plaisir éprouvé dans un aéroport quand on observe la joie exprimée lors des retrouvailles. La deuxième est sa passion pour les voyages.

Pilote, un métier d’une extrême exigence


Les contrôles rigoureux ont lieu avant, pendant et après le vol car l'espace aérien est spécifique en Guyane. Aux alentours de Cayenne, le contrôle est effectif et assuré par l’ingénieur du contrôle aérien. Au-delà, les pilotes sont en « auto-info » et informent par auto radio leur arrivée à destination.
Les quatre avions utilisés (LET 410) par Air Guyane sont de construction tchèque.
Seuls trois d’entre eux possèdent un pilote automatique. Si les vols se déroulent principalement en se référant aux instruments de bord (IFR), les arrivées et les atterrissages dans les communes se font principalement à vue. Ce type d’avion est adapté  aux pistes, au marché et aux conditions locales.

Le regard porté sur la femme pilote


En général, Véronique provoque la surprise.  En France, seulement 5,44 % des pilotes sont des femmes. En Guyane, elles ne sont que deux et au sein de la compagnie Air Guyane. Véronique  est la première femme pilote professionnelle en Guyane.
Dans l’équipe de pilotes d’Air Guyane, Véronique Bonneton a été pendant longtemps la seule femme. A son arrivée, l’appréhension de ses collègues masculins était palpable. Un sentiment qui s’est dissipée avec le temps.
Le pilote Véronique est depuis bientôt trois ans commandante d’équipage. La compagnie Air Guyane dispose de 6 équipages (bientôt 7) soit 14 pilotes pour assurer le transport sur 4 lignes.
La navigation s’effectue obligatoirement en binôme sur certains avions : un commandant et un co-pilote qui forment tous deux l’équipage.
La commandante pilote Bonneton, a dû faire sa  place et s’imposer  face à dans une équipe exclusivement masculine. Au poste de commandant, il importe d’asseoir son autorité face aux responsabilités croissantes, aux décisions à prendre et à faire appliquer sans jamais se laisser déborder.

Ses activités extra-professionnelles


Véronique nous confie avoir eu une vie associative très active et être férue de sport. Malheureusement, son activité professionnelle lui laisse peu de temps pour ses loisirs.
C’est une passionnée de basket, de natation et surtout de cyclisme qu’elle a pratiqué pendant 15 ans. L’aviatrice a remporté  de nombreux titres de championne de Guyane.
Croyante, Véronique  tient à ses activités au sein de l’église.

Le portrait de notre  pionnière Véronique Bonneton montre qu’il y a encore des champs professionnels à investir par la gent féminine. Elle devrait oser s’engager dans la voie de l’aéronautique comme dans bien d’autres secteurs où elle est encore peu présente. Car c’est ainsi que l’égalité entre les femmes et les hommes continuera résolument sa marche. 1 520 589 128

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play