Premier succès de l'année pour Vega

sciences
Décollage de la fusée Vega
Décollage de la fusée Vega (archive) ©Arianespace
Le plus petit des lanceurs Arianespace a réussi sa première mission en 2016 dans la nuit de jeudi à vendredi, la septième depuis son vol inaugural. Il s'agissait également de la dernière mission en présence de Bernard Chemoul, le directeur du Centre Spatial Guyanais.
La mission s'avérait assez délicate en allant chercher une orbite basse et en allumant à quatre reprises le moteur Avum, mais encore une fois, elle a été relevée haut-la-main par Vega. Le petit lanceur italien réalise, depuis le début de son exploitation, un sans-faute : sept succès pour autant de missions. La route est encore longue et certainement semée d'embûches mais les signaux sont toujours très positifs. D'autant que les clients de ce jeudi soir n'étaient pas n'importe qui : l'agence spatiale péruvienne qui envoyait le premier satellite d'observation de la Terre de son pays, PeruSat-1, et Terra Bella, une filiale de Google, qui plaçait sur orbite quatre satellites d'imagerie 3D en très haute définition. Et ils n'ont pas été déçus. Ça tombe bien, le concurrent américain d'Arianespace, SpaceX, connaît des déboires en ce moment avec des problèmes de fiabilités de son lanceur Falcon 9. Le P-DG d'Arianespace l'a bien compris. Aux micros de Guyane Première, Stéphane Israël affirme vouloir perséverer dans la compétitivité mais jamais au détriment de la fiabilité, véritable image de marque de l'entreprise qui sera portée à partir de 2020 par Ariane 6. Le programme a été validé cette semaine par le conseil de l'agence spatiale européenne.
La mission de ce jeudi était également le dernier rendez-vous en Guyane de Bernard Chemoul. Après huit ans de services, le directeur du Centre Spatial Guyanais pour le Cnes tire sa révérence pour prendre de nouvelles fonctions à Evry. C'est Didier Faivre qui occupera désormais le poste à Kourou.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live