publicité

Qu’ont fait les sénateurs guyanais de leur réserve parlementaire en 2016 ?

Chaque année, les sénateurs reçoivent une enveloppe budgétaire qui peut être versée aux collectivités sur des projets d'investissement. Comment Antoine Karam et Georges Patient ont-ils utilisé leur réserve parlementaire en 2016 ? Quelles communes de Guyane en ont bénéficié ?

© Yann Bohac/Citizenside/AFP
© Yann Bohac/Citizenside/AFP
  • Guyane 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Comment les sénateurs guyanais ont-ils dépensé leurs réserves parlementaires ? La dotation d’action parlementaire de l’année 2016 a été publiée le 23 mai dernier.

Tous les ans, une enveloppe budgétaire appelée "réserve parlementaire" est allouée à chaque sénateur. Cette dotation permet aux sénateurs de soutenir et subventionner des projets. (Regardez ci-dessous les explications de Guyane 1ère).

La réserve d’Antoine Karam

Dans un communiqué, Antoine Karam explique avoir fait le choix comme chaque année de "consacrer l’intégralité de sa dotation aux communes de Guyane". En 2016, cinq communes du département ont donc bénéficié d’une enveloppe globale de 78 764 euros.

Les projets les plus importants concernent Iracoubo avec l’éclairage de la place Edmé Lama et l’acquisition d’ordinateurs portables pour les écoles ; Papaïchton avec la création d’un terrain de football en gazon naturel ; Sinnamary avec la réfection du plateau sportif ; Macouria avec la construction d’une skatepark et Ouanary avec la mise en accessibilité du local de la Poste.


La réserve de Georges Patient

De son côté, le sénateur Georges Patient a aussi alloué sa dotation aux communes de Guyane. En 2016, cinq communes ont donc bénéficié d’une enveloppe globale de 58 992 euros.

Les projets ont concerné les villes d’Apatou avec l'acquisition de trois classes mobiles ; Cayenne avec l'acquisition d'équipements sportifs pour la salle de musculation du centre aquatique ; Montsinery-Tonnegrande avec la couverture du plateau sportif de Montsinéry ; Régina avec l'aménagement d'un jardin d'enfants et Saint-Geoges de l’Oyapock avec le raccordement au réseau électrique du lieu-dit "village Martin ou village Gabaret".
 

Comment obtenir cette subvention ?

Pour les subventions de l’année 2017, les communes ont jusqu’au mois de septembre pour remettre leur demande au sénateur qui les transmettra ensuite au ministère de l’Intérieur, chargé de l’examen des dossiers et du versement de la subvention.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play