guyane
info locale

Rencontres Photographiques : deux expositions pour sauvegarder le patrimoine photo de Guyane...histoire coloniale et une plongée dans les sound system des années 80

art
Expo Billy
Jusqu’à la fin du mois se déroulent les 6èmes Rencontres Photographiques. Cette manifestation culturelle propose des expositions, des résidences, des ateliers et des projections. Une grande part du travail est consacrée à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine photo.
 
Jusqu’à la fin du mois se déroulent, les 6èmes Rencontres Photographiques de Guyane. Cette manifestation culturelle maintenant incontournable, propose des expositions, des résidences, des ateliers et des projections, mais ce que l’on sait moins c’est qu’une grande part du travail de l’association qui anime les Rencontres, est consacrée à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine photo guyanais. Exemple avec deux expositions : l’une au Fort Diamant qui traite de l’histoire coloniale du Territoire de l’Inini et l’autre à l’Encre du photographe Billy.


Le patrimoine photo guyanais 

le Territoire Inini
C’est une des originalités et une qualité des Rencontres Photographiques, elles ne s’intéressent pas qu’au contemporain…elles s’attachent aussi à constituer et valoriser un patrimoine photo guyanais. Comme avec cette expo, intitulée « Territoire de l’Inini », qui raconte grâce à la photo, 40 années, à partir de 1930, pendant lesquelles les 4/5ème du pays sont gouvernés par une administration à part….
Kristen Sarge directeur des musées et du patrimoine CTG explique :

« La photo se généralise au niveau de l’administration et tout le monde, médecin, prêtre, administrateur qui sillonne l’Inini utilise la photo ou la caméra pour rendre compte du territoire, des populations et de l’action de l’Etat. »


Billy et les années 80

Expo Billy
Valorisation et exposition, avec le photographe Billy, un autodidacte des années 80. Il a travaillé sur les débuts du dancehall et des sound system à Cayenne. Il a fallu faire un gros travail de restauration.
Karl Joseph directeur artistique des Rencontres précise :

« Ce qui était compliqué avec Billy c’est qu’il n’y avait pas de conservation des pellicules. On est parti avec 300 pellicules et durant 6 mois quelqu’un a numérisé les photographies ».


Avec plus d’un millier de pellicules numérisées, des films restaurés, les Rencontres bâtissent notre imaginaire photographique. Après Prosper, Servin, et Vano c’est au tour de Billy d’entrer au Panthéon de la photographie guyanaise…. 

 
Publicité