Rentrée des classes à Grand-Santi : rencontre avec une enseignante qui effectue sa toute 1e rentrée en tant que titulaire

éducation
Ericka HO-A-TON, enseignante à Grand-Santi ©Ericka HO-A-TON
Pour beaucoup d'enseignants de Guyane, la rentrée des classes s'est tenue le 1er septembre 2022. A l'occasion de cette pré-rentrée, Guyane la 1ère a rencontré Ericka HO-A-TON. Cette enseignante de 23 ans a réalisé sa toute première rentrée scolaire en tant qu'enseignante titulaire dans le village de Monfina, à Grand Santi.

Ce moment, elle l’attendait depuis longtemps. Ce jeudi 1er septembre 2022, à 8h00, Ericka Ho-A-Ton a fait sa première pré-rentrée en tant qu’enseignante titulaire en école élémentaire. Cette Cayennaise fait aujourd’hui partie du corps enseignant de l’école Capitaine LOSSIN, située au village Monfina, de Grand Santi.

Cette école compte 10 classes et environ 200 élèves. C'est l'une des 5 écoles de Grand Santi. Lundi 5 septembre, elle accueillera les 23 élèves de sa classe de CM1. "Bien évidemment, j’appréhende parce que c’est ma toute première rentrée en tant que titulaire", confie-t-elle.

Ericka HO-A-TON, enseignante à Grand-Santi, dans sa salle de classe. ©Ericka HO-A-TON, enseignante à Grand-Santi

C’est tout nouveau, je suis - en plus - dans un village éloigné, sur un site isolé. Ce ne sont pas les mêmes moyens, ni les mêmes élèves (que sur le littoral, NDLR), il y a une culture différente donc j’ai beaucoup d’appréhension. Mais je ferai en sorte que ça aille.

Ericka HO-A-TON, enseignante à Grand-Santi

Pour son premier jour, elle a rencontré ses collègues enseignants et le directeur de l’établissement. "On a eu la liste d’élèves pour nos classes. Ensuite, on a discuté du déroulement de l’année. Puis je suis allée arranger ma classe", raconte Ericka Ho-A-Ton. Et de poursuivre : "Comme j’ai une classe ‘carbet’, c’est-à-dire une classe ouverte, on a dû la réaménager, donc emmener les tables et les chaises". En effet, durant les grandes vacances, les classes dites carbet sont vidées.

Classe carbet de l'école élémentaire Capitaine Lossin ©Ericka HO-A-TON

Ce 2 septembre, elle va continuer les aménagements avant le Jour-J. "J’ai hâte de rencontrer les élèves, d’apprendre leur culture, leur langue", ajoute l’enseignante de CM1. Les habitants de Monfina sont, pour beaucoup, issue de la communauté Ndjuka. Domiciliée à quelques secondes de l’établissement, elle a déjà eu l’occasion de rencontrer quelques habitants de Grand-Santi, ainsi qu’une partie de l’équipe pédagogique avec qui elle travaillera toute l’année scolaire.

Ce qui me rend heureuse, c’est déjà de voir l’entraide qu’il y a dans le village. Même si on vient d’arriver, tout le monde à l’air solidaire.

Ericka HO-A-TON, enseignante à Grand-Santi

Salle de classe de CM1 du village Monfina, à Grand Santi ©Ericka HO-A-TON

Enseignante, une vocation

Enfant, Ericka Ho-A-Ton se voyait enseignante. Arrivée au lycée, elle s’est finalement intéressée aux sciences et a effectué un baccalauréat scientifique. Elle a poursuivi avec une licence de biologie – biochimie avant d’être rattrapée par son rêve d’enfant. "Finalement, j’ai décidé de me réorienter en Master Professeur des Ecoles", explique-t-elle. Après l’obtention de son concours de recrutement de professeurs des écoles (CRPE) en 2020, elle effectue un stage en classe de CE2 en 2021 et devient titulaire à la validation de son master.

Dans ma jeunesse, j’ai toujours voulu être enseignante. Après, en grandissant, j’ai hésité et finalement je me suis dit que j’aimais beaucoup travailler avec les élèves, j’aime transmettre du savoir et être en contact avec les enfants. Ce sont des petits êtres adorables, mais surtout l’avenir de demain.

Ericka HO-A-TON, enseignante à Grand-Santi