Régina : Retour sur l'arraisonnement d’une pirogue venue du Brésil avec 35 migrants à bord

immigration est guyanais
Pirogue interceptée
©pref

Chaque année, ils sont des milliers à se lancer dans un voyage risqué pour rallier Cayenne en pirogue à partir du Brésil. S’ils sont rarement interceptés, jeudi dernier, une vedette de la gendarmerie maritime a arraisonné une pirogue avec 35 personnes à bord, qui se dirigeait vers Cayenne.

Ils étaient 35 à bord de cette pirogue saisie le 14 janvier en mer. Une embarcation propulsée par un moteur de 75 chevaux, également saisi. Un voyage à haut risque au départ d’Oiapoque au Brésil, direction Cayenne. L’embarcation avait dépassé l’embouchure de l’Approuague, quand elle a été interceptée par la vedette « Mahury » de la gendarmerie maritime.

La pirogue déroutée à Régina


La pirogue est déroutée vers Régina, où la préfecture a monté un dispositif avec le procureur pour prendre en charge ces trente-cinq ressortissants brésiliens sans papier. Le commandant de la brigade de gendarmerie de Régina,  le Major Daniel Bettembourg était sur le dégrad à leur arrivée :

La mer était très agitée. On était en vigilance jaune , il y avait des fortes pluies, ils auraient pu risquer leur vie en mer ... s'il n'avait pas été contrôlés par la brigade de gendarmerie maritime. On leur apporte un peu de nourriture puisqu'ils partent de nuit généralement ... il y a un aspect logistique qu'il faut mettre en oeuvre correctement à leur arrivée...


Police aux frontières, gendarmes mobiles, gendarmes de la brigade de Régina et gendarmes maritimes : une cinquantaine de fonctionnaires ont été mobilisés jeudi. Résultat : douze migrants reconduits à la frontière brésilienne, et vingt et un, sans documents d’identité, placés au centre de rétention administratif de Matoury en vue d’une expulsion

200€ par personne pour ce transport de clandestins


Si les autorités saisissent parfois des pirogues de migrants, le plus souvent, il semble que ça passe : nous avons rencontré à Cayenne un ressortissant brésilien qui a fait deux fois le voyage par la mer l’an dernier. La fermeture de la frontière pour cause de pandémie a renforcé la voie maritime et fait grimper les prix du voyage.

On doit se cacher en pirogue, il n'y a pas vraiment d'horaire. On doit éviter la police ... On est parti à 3h du matin d'Oiapoque pour arriver le lendemain à 3h de l'après-midi. On te dépose pour se reposer, manger . Le prix c'est 200 € par personne. Cela fait 1000 réais par passager. Au dernier voyage s'était très dur on a eu du mal à arriver, on a failli couler ...


Selon ce migrant, il y aurait jusqu’à cinq départs de pirogues à partir d’Oiapoque pour Cayenne Dans l’affaire de l’embarcation saisie le 14 janvier, le piroguier présumé devait comparaitre ce mardi devant le tribunal correctionnel pour aide au séjour irrégulier avec mise en danger de la vie d’autrui et contrebande de marchandises. Des cigarettes, des médicaments et du matériel utile à l’orpaillage clandestin ont été saisis sur la pirogue. L’avocat du prévenu a demandé le renvoi de l’affaire à une date ultérieure : il sera jugé le 9 février. En attendant, il reste en détention provisoire, faute de garantie suffisante de représentation.

Retour sur l'arraisonnement d'une pirogue de 35 migrants.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live