guyane
info locale

Le rêve Canadien (1/3) : Pascal Bafau-Bruné du Village Chinois...à Montréal.

portrait
Canada
Le rêve Canadien ©MCThébia
Le rêve Canadien, pour Pascal Bafau-Bruné. Ce Guyanais âgé de 32 ans, vit et travaille à Montréal au Canada. Le Canada est la destination phare du moment, les candidats à l’immigration sont de plus en plus nombreux. Pascal fait partie de ceux-là, jusqu’à présent la chance lui sourit.
 
Canada
¨Pascal Bafau Bruné ©BRThébia
Pascal Bafau Bruné n’oublie pas d’où il vient. Quand il fait le court bilan de son existence, il se revoit gamin au Village Chinois, la Crique, quartier de tous les dangers à Cayenne, adolescent turbulent, jeune homme en proie à toutes les tentations. Ses parents enseignants l’ont sauvé malgré lui, des mauvaises fréquentations, lui donnant une éducation rigoureuse et surtout, l’amour des études.


Ses résultats scolaires le sauvent

Pascal a tangué mais ses résultats scolaires l’ont sauvé de toutes les turpitudes. Il a deux licences, l’une en "Psychologie" qu’il a commencé à l’Université de Guyane. Puis il tente l’aventure à Paris, enchaîne les petits boulots, doit se battre pour gagner sa vie. Il suit de nombreux chemins de traverse, mais il poursuit ses études contre vents et marées. Il parvient à avoir une deuxième licence cette fois en "Lettres et Sciences humaines" par correspondance.

« Dans la vie, il y a un moment où tu dois faire des choix, soit tu cèdes à la facilité, soit tu te bats. Moi je me suis accroché à un rêve. Je voulais m’en sortir. Je voulais une autre vie. J’étais prêt à tout tenter ».


Montréal par amour 

Canada
©BRThébia
Rien n’a été facile, il a connu la vraie galère mais s’est à chaque fois relevé. Il n’oublie pas d’où il vient et le chemin parcouru.
A 32 ans, grand, fin, l’œil vif il ressemble encore à un jeune étudiant. Et pourtant, Pascal vit à Montréal depuis 2016. Une ville qu’il a choisie par amour. Ne trouvant pas d’emploi en France correspondant à ses diplômes, il décide de tenter sa chance à l’étranger. Il hésite entre le Canada et l’Australie. Ce sera le Canada car il tombe amoureux d'une jeune Guyanaise étudiante à Montréal. Il tente l'expérience et contre toute attente, trouve rapidement du travail après s’être adressé à une agence de placement réservé aux candidats à l’immigration.


Nouveaux objectifs 

Dans un premier temps, très vite, il est recruté dans une entreprise publique d'électricité, il est chargé de l’approvisionnement des sites. Surpris par cette facilité, au bout de quelques mois, il s’offre même le luxe de choisir un nouvel emploi, plus en rapport avec ses capacités. Il devient analyste de données dans une entreprise pharmaceutique canadienne. Pascal change encore de travail, car cette fois, il veut se rapprocher du centre de Montréal. Aujourd’hui, en CDI, il est leader manager dans une grande maison d’édition de livres scolaires. Il gère le ravitaillement des librairies situées sur le territoire Canadien.
Aujourd'hui, nouvel objectif : il veut obtenir la citoyenneté.

« Au Canada, on ne te juge pas sur ton physique, ton look, tes origines, la seule chose qui compte c’est ton rendement, tes résultats. En revanche, si tu n’atteins pas les objectifs fixés, tu es viré du jour au lendemain »

 

Sortir de sa zone de confort

Canada
©BRThébia
Jamais il n’aurait imaginé pouvoir un jour vivre le rêve Canadien. Et le message qu’il véhicule aujourd’hui est un message positif.

« Osez, vivez votre rêve, libérez-vous des carcans, si moi j’y suis arrivé, vous le pouvez le faire, je suis tombé, je me suis relevé à plusieurs reprises, mais j’y suis arrivé avec peu de moyens. Je suis un enfant du Village Chinois, et cela je ne l’oublie pas ».


Pascal Bafau-Bruné n’exclue pas de tenter sa chance ailleurs, dans quelques années, dans un autre pays. Pour l’heure, il vit pleinement son rêve Canadien.


 
Publicité