Robert Sébas, un président heureux et fier de la réussite d'Alicia Aylies, Miss France 2017

miss
Le Comité Miss Guyane
Robert Sébas, Ruth Briquet 1ère dauphine Miss Guyane et l'ensemble du Comité Miss Guyane en route pour accueillir Alicia Aylies, Miss France 2017 ©Comité Miss Guyane
Robert Sébas sera présent à Matoury , entouré du Comité Miss Guyane qu'il préside pour accueillir Alicia Aylies, la Miss Guyane 2016 élue Miss France 2017 le 17 décembre à Montpellier. Une trajectoire exceptionnelle qui lui donne l'occasion de faire le point sur le travail effectué avec son équipe. 
Le Comité Miss Guyane en place depuis 1998 peut enfin récolter les fruits de son travail patiemment construit. Aujourd'hui, par la voix de son président, il ne boude pas son plaisir.
Robert Sébas
Alicia Aylies, Miss Guyane 2016, Yolaine Bolore, Vice-présidente et Robert Sébas, président du Comité Miss Guyane ©Henri Griffit

Robert Sébas, enfin une Miss Guyane  Miss France, à quelques heures de son arrivée, quel bilan dresse le Comité Miss Guyane?
J'éprouve le sentiment humble de la mission accomplie à force de ténacité, de constance, de pugnacité et une grande foi dans les potentialités de notre territoire dans tous les domaines. Avec mon équipe, nous avons cru à un projet ambitieux qui semblait utopique et inaccessible. Nous portons ensemble et avec une fierté non dissimulée ce résultat à verser au pot commun des conquêtes guyanaises. Il fédère aujourd'hui ceux qui y croyaient  et surtout les plus sceptiques- curieusement. Toutes les aides, tous les soutiens, tous les encouragements et tous les apports financiers et moraux auraient été vains sans la continuité de la mission du comité. " A ké pasyans léfan rivé déboché tacoco" Quel bel adage, n'est pas, pour illustrer ce cheminement.

Comment jugez-vous les premiers pas de Miss France?
Être plongé dans la notoriété et sous les feux des projecteurs, personne ne s'y apprête réellement, même si on le souhaite. Ce n'est pas évident même pour les plus aguerris. Alicia est une jeune fille dans la candeur de ses 18 ans. Au delà des fards et des apparats, elle a su une fois couronnée ne pas perdre son âme et rester elle même : sincère, naturelle, honnête, simple et surtout bonne Guyanaise dans ses mots et ses messages.
Elle s'affranchit jour après jour des caméras et des micros et se construit en tant que Miss France. On ne naît pas Miss France, on le devient.
Je reste conscient  mais ravi de ses hésitations et ses expressions naturelles. C'est tout le charme que l'on attend de quelqu'un qui doit rester au niveau le plus accessible pour tous ceux qui auront à la côtoyer.

Alicia est ambitieuse et se forgera très vite à son métier. Pour l'heure, je demeure très fier d'elle et du rôle que nous, comité, avons joué à ses côtés durant 2 mois pour la préparer physiquement intellectuellement et mentalement  à être la principale protagoniste d'une pièce écrite pour elle : être notre Miss France Guyanaise jusqu'au bout des ongles.

 

La barre est désormais très haute pour le comité Miss Guyane, comment envisagez-vous les prochaines sélections?
Après un tel succès, j'espère qu'une voie royale s'ouvre pour le recrutement de nos candidates, les partenariats du gala et l'engagement des succès à venir. Alicia a brisé le "plafond de verre" et maintenant la Guyane peut dire "Yes we can".
Mais cette victoire a aussi rehaussé le niveau, physiquement et intellectuellement, et les jeunes Guyanaise en connaissent la gageure. La génération "Alicia" a jusqu'à 24 ans pour se préparer à réussir l'épreuve dont on connaît désormais le balisage.
Le comité lui aussi se préparera sûrement autrement et se met déjà en ordre de marche pour anticiper sur les présélections et la sélection qui sera forcément plus exigeante. 
Alicia a ouvert une route et révélé les obstacles cachés à franchir pour passer en tête la ligne d'arrivée, mais j'ai foi en mon pays, Merci la Guyane.


Les Outre-mer en continu
Accéder au live