guyane
info locale

Saint-Laurent : des négociations sont en cours entre le syndicat UTG et la direction du CHOG avant la grève prévue le 23

santé
L'accueil du CHOG
Le hall d'accueil du CHOG dans l'établissement situé aux Sables Blancs ©CL
Le CHOG, le centre hospitalier de l’ouest guyanais est menacé par un mouvement de grève. Le syndicat UTG Santé a déposé un préavis pour ce mercredi 23 octobre. En attendant, des négociations sont en cours.
Le CHOG, le centre hospitalier de l’ouest guyanais est menacé par un mouvement de grève. Le syndicat UTG Santé a déposé un préavis pour ce mercredi 23 octobre. En attendant, des négociations sont en cours.


Manque d'oxygène 

L’organisation syndicale dénonce les mauvaises conditions de travail, et des dysfonctionnements graves au sein de l’établissement. Plusieurs réunions ont eu lieu sans que direction et syndicat parviennent à un accord. Une nouvelle rencontre est prévue ce mardi 22 octobre.
C’est une panne dans la chaîne de production d’oxygène qui a mis le feu aux poudres provoquant le report de plusieurs opérations chirurgicales programmées. Il faut savoir que l’oxygène médical est fabriqué à partir de l’air ambiant par des appareils appelés « concentrateurs ». Le CHOG en possède deux. Une surchauffe serait à l’origine du problème.


Une situation préoccupante 

Cette panne est la panne de trop pour les syndicats au CHOG, qui estiment que la situation est préoccupante. Bernard Demba, cadre de santé à l’hôpital de Saint-Laurent, et adhérent de l’UTG, décrit une situation grave :

« Pour la direction, c’est pas grave. Nous sommes dans une situation financière délicate. Durant une semaine, nous avons eu une interruption au niveau de l’oxygène. Nous avons dû acheter des pièces très chères alors que nous ne sommes pas en mesure de payer nos fournisseurs ».

Bernard Demba


De nouvelles négociations doivent avoir lieu mardi 22 octobre. L’hôpital de Saint-Laurent a été inauguré en grandes pompes en septembre 2018. Il est déployé sur 24 000 m2 et est constitué de quatre grands pôles. Seulement, des questions se posent. Pourquoi de tels dysfonctionnements alors que l'établissement est neuf ? Les syndicats entendent aujourd’hui avoir des réponses.

 
Publicité