Saint-Laurent : signature de la convention "Action coeur de ville"

politique
Signature convention "Coeur de ville"
Les principaux acteurs aux côtés du maire Sophie Charles et du préfet Patrice Faure ©Eric Léon
Mercredi 17 octobre, Sophie Charles, maire de Saint-Laurent du Maroni, et Patrice Faure, préfet de la région Guyane, ont signé la convention "Action cœur de ville" avec l’ensemble des partenaires financeurs et des partenaires locaux du programme.
Lancé par le Président Macron, le programme "Action cœur de ville" est un programme financé par l’Etat qui accompagne plus de 200 villes moyennes dans leur projet de territoire en vue de redynamiser leur centre-ville en agissant sur les leviers que sont le logement, le tissu commercial et économique, la mobilité, les espaces publics. Cet accompagnement se traduit par des financements et par l’accompagnement de l’ANRU (Agence Régionale pour la Rénovation Urbaine).
Le programme "Action cœur de ville" entre dans le cadre de la stratégie d’aménagement urbain définie depuis plusieurs années par la Ville de Saint-Laurent. Il constitue un des outils principaux avec le NPNRU et l’OIN que l’Etat met à la disposition de la Ville de Saint-Laurent pour permettre de changer durablement le visage de la capitale de l’ouest guyanais. Il devra être déployé en cohérence avec le NPNRU (Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain).
La signature de la convention marque une nouvelle étape du développement urbain de la capitale de l'ouest. Le dispositif va permettre la revitalisation du centre ville dans plusieurs domaines : le logement, l'économie ou encore la mobilité.
Comme le souligne le maire Sophie Charles :

Cela va concerner l'entrée de ville, la partie centre historique pénitentiaire y compris l'ancien CHOG et les îlots qui sont aux alentours et ce jusqu'au quartier de la Charbonnière.... il y une partie qui va être de la concertation avec les habitants .. nous avons un certain nombre d'actions qui vont commencer en 2019 et d'autres études qui se poursuivrons dans le même temps


Le reportage de Guyane la 1ère