Sécurité : Signature du plan départemental de la prévention de la délinquance 2021/2024

sécurité
Signature du plan prévention de la délinquance à la préfecture
Samuel Finiez, Thierry Queffelec et Gabriel Serville lors de la signature de la convention pour la prévention de la délinquance ©Claire-Marine Seles
Ce 20 septembre a été signé à la préfecture entre le procureur Samuel Filniez, le préfet Thierry Queffelec et Gabriel Serville, le président de la Collectivité territoriale le plan départemental pour la prévention de la délinquance. Il s'appuie sur 4 axes et s'appliquera pour la période 2021/2024.

La Guyane est le département français le plus criminogène et le plus violent. La moitié des vols à main armée commis en Outre-mer est perpétrée sur notre territoire. Excepté un léger recul pendant quelques mois en raison des mesures de confinement, homicides, vols avec violence et violences intrafamiliales sont en hausse constante depuis plusieurs années.
Pour faire face à ce constat accablant, les services de l’état en charge de cette problématique et la collectivité territoriale ont signé le plan départemental de prévention de la délinquance2021-2024. 

Un plan orienté sur 4 axes

Face à une délinquance sans cesse en mutation, ce plan vise à décliner la stratégie nationale sur le territoire. Il a été élaboré en concertation avec les services de l’Etat, la justice, la collectivité territoriale, les municipalités, et les associations.
La nouvelle stratégie de prévention de la délinquance 2021/2024 propose 4 axes adaptés aux enjeux récents :

  • la prévention de la délinquance des plus jeunes,
  • la protection en amont des personnes vulnérables,
  • une implication plus forte de la population dans la prévention de la délinquance,
  • une gouvernance adaptée au territoire  

Le préfet Thierry Queffeclec a déclaré : Il est plus intéressant d'avoir des politiques de projets que des politiques de guichets... cela correspond à la modernité du travail sur la délinquance...

Pour le président de la CTG, Gabriel Serville, les familles premier cadre de la prévention ne doivent pas être mises de côté : L'état à sa partition a joué mais les élus que nous sommes avons cette responsabilité de nous organiser notamment à travers les CSPD afin que dans ce cadre élargi de partenariat on puisse regarder dans une même direction en ne mettant pas de côté les familles et les associations.