Les sénateurs Guyanais obtiennent le maintien du régime actuel des exonérations de charges pour les socioprofessionnels locaux

économie
Le Sénat français
Le Sénat français ©Wiki
Les sénateurs Patient et Karam obtiennent le maintien du régime actuel des exonérations de charges pour la Guyane. Le Sénat examine actuellement le projet de loi de financement de Sécurité Sociale. Les sénateurs Guyanais ont réussi à faire adopter un amendement dans ce sens. 
Le projet de loi de Finance, et le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale, actuellement débattus par les parlementaires, prévoit une suppression des exonérations de charges sociales pour les entreprises Guyanaises.
Les socioprofessionnels se sont mobilisés. Ils ont rencontré les représentants des différents ministères. Ils ont produit des évaluations et des données chiffrées afin de démontrer les dangers d'une telle réforme...en pure perte. 


Plus de 62 millions supplémentaires

En effet cette réforme entraînerait une hausse du coût du travail de 7% en moyenne…. jusqu’à 35% dans certains secteurs.
Un calcul réalisé sur la base des données collectées auprès de plus de 1000 entreprises locales. Plus de 62 millions d’euros    supplémentaires de cotisations patronales seraient ainsi versés. Un chiffre trop élevé eu égard à la conjoncture.
L'action des socioprofessionnels a pour objectif de ramener à un niveau acceptable le montant des charges.


Une bataille de gagnée

Dans la nuit du 13 au 14 novembre, les sénateurs guyanais ont pu obtenir par voie d'amendement le maintien du régime actuel des exonérations de charges pour le seul département de la Guyane. Une bataille de remportée, mais pas la guerre.
Les socioprofessionnels réunis à la chambre de Commerce et d’Industrie, se disent satisfaits, mais restent méfiants : il faut que les amendements soient conservés dans le texte final.
Dans un communiqué commun, les socioprofessionnels je cite « tiennent à féliciter nos deux sénateurs pour leur implication et leur pugnacité. Nous serons mobilisés et unis, pour veiller à ce que l’adoption finale ne soit pas faite au détriment du tissu économique Guyanais"

Communiqué de presse du monde économique