guyane
info locale

Service National Universel : 124 volontaires à Sinnamary

éducation
Les jeunes du SNU à Sinnamary
Les jeunes du SNU à Sinnamary ©Laurent Marot
124 volontaires du Service National Universel en Guyane depuis vendredi soir. Ces jeunes sont venus des 4 coins de la France hexagonale. Pendant deux semaines, ils vont vivre un séjour de cohésion sur notre territoire. Ils sont hébergés dans des bungalows de l’hôtel du fleuve, à Sinnamary
 
Ils ont 16 ans et chaque matin, ils chantent la Marseillaise au pied du drapeau. Ces jeunes viennent des douze départements de l’hexagone qui expérimentent le Service National Universel. 124 volontaires hébergés dans des bungalows de l’hôtel du fleuve, dans la savane de Sinnamary. Salma et Méline font chambre commune. Salma vient de Normandie,  Méline de Bourges. Elles ont appris à se connaître et sont dans leur élément :

"Comme on est encadrés, il y en a pas un qui peut aller dans un autre sens que les autres. On est tous dans le même chemin et on avance tous ensemble... on se réveille à 6h20, on doit être prêt à 7h pour le petit déjeuner, 7h30 on se regroupe. 8h lever de drapeau et on chante la marseillaise..." 


Un dispositif financé à 100% par l'Etat

Le soir, repas à 18h30. Et coucher à 22h30. Après une discussion par groupe de dix. Une initiation à la citoyenneté
Parmi les activités, des formations sur le civisme, la sécurité, du sport et des journées de découverte de la Guyane, son histoire, sa nature. La soirée est consacrée à des temps de parole entre les volontaires.
La variété des tuteurs et tutrices reflète l’esprit de ce dispositif financé à 100 % par l’Etat, entre éducation nationale, éducation populaire et armée. Il s’agit d’anciens militaires, de policiers, d’enseignants, d’animateurs de jeunesse et de chargés d’insertion.
La Guyane est le seul territoire d’outre-mer concerné par ce dispositif expérimental. 124 jeunes guyanais sont partis vendredi vers plusieurs régions de l’hexagone pour un séjour de 15 jours.
Le SNU comprend aussi deux semaines de travaux d’intérêt général, à réaliser par la suite dans chaque région d’origine de ces jeunes.
Publicité