Six recours en annulation pour les élections municipales du 15 mars 2020

élections
Urne - municipales
©Guyane la 1ère
Ce jeudi 17 septembre, l’audience du Tribunal administratif concernait les recours déposés pour les communes de plus de 9 000 habitants. Six recours en annulation : Cayenne, Macouria, Kourou, Maripasoula, Apatou et Saint-Laurent du Maroni.
Fallait-il annuler le premier tour des élections municipales du 15 mars 2020? Les résultats ces élections municipales organisées en pleine épidémie de coronavirus, sont jugés insincères par de nombreux plaignants.  Ce jeudi 17 décembre, l’audience du tribunal administratif concernait les recours déposés pour les communes de plus de 9 000 habitants dont Cayenne, Macouria, Kourou, Maripasoula, Apatou et Saint-Laurent du Maroni.

En tant que juge des élections, c’est au Tribunal administratif d’apprécier ou non si le premier tour des élections municipales s’est déroulé dans les conditions démocratiques. 

Mickael Mancée a été le seul candidat perdant à soutenir sa cause ce jeudi matin au tribunal administratif. Défait au premier tour face à Marie-Laure Phinera Horth, il estime qu’en raison de la crise sanitaire, l’élection a été faussée.
En plus de ne pas avoir pu faire campagne, l’épidémie de coronavirus aurait selon lui, eu un impact sur l’abstention. Le taux de participation était de 31,8% en 2020 contre 46,2 en 2014.
 

La différence de voix entre leur liste et la nôtre est d'un plus de 1000 voix. Le nombre d'inscrits sur les listes électorales est d'environ 24 000 personnes. Si on reste sur les taux habituels aux alentours de 45% , il devrait y avoir 3300 personnes en plus qui auraient voté.

Mickaël Mancée – secrétaire général du Mouvement Guyane Renouveau


 
Mika Mancée invité du Guyane soir
Mika Mancée invité du Guyane soir ©Guyane la 1ère

Le conseil d’état s’est déjà exprimé sur cette question en jugeant les recours visant à l’annulation du premier tour des élections municipales en hexagone. 
 

Le taux d'abstention en soit ne pas être un élément justifiant l'annulation d'une élection. Le Conseil d'Etat l'a recensement précisé en février très clairement.

Batonnier Patrick Limgibé – Avocat de Marie Laure Phinera-Horth


 
Marie-Laure Phinéra-Horth maire de Cayenne
Marie-Laure Phinéra-Horth maire de Cayenne © ©CL

Sur les six recours en annulation, le rapporteur public a estimé que seul celui concernant la commune d’Apatou était fondé. Non au motif de l’abstention, mais parce que certains électeurs ne résident pas la commune, n’auraient pas dû être inscrits sur les listes.
 

Paul Dolianki a été élu avec 50,8 % des voix. Si on retire une quinzaine de voix, vu le faible nombre de votants, cela change le résultat. En m'appuyant sur des documents dont je doute de leurs véracités, on tombe en dessous de 50%. Ce qui veut dire que l'élection du 15 mars dernier n'était pas acquise.

Gilles Prieto – Rapporteur Public du Tribunal Administratif

 
Paul Dolianki, le maire d'Apatou élu le 15 mars 2020
Paul Dolianki, le maire d'Apatou élu le 15 mars 2020 ©©Guyane la 1ère

Le jugement est mis en délibéré. La décision est attendue pour le 29 septembre prochain.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live