publicité

Trafic de drogue : Trop Violans sollicite la population via une pétition en ligne pour obtenir un scanner à l'aéroport Félix Eboué

Yvane Goua, porte parole de l'association Trop Violans, invitée de Mayouri info apporte des explications sur la pétition lancée sur internet pour obtenir la mise en place d'un scanner à l'aéroport Félix Eboué.

Yvane Goua invitée de Mayouri Info © Guyane la 1ère
© Guyane la 1ère Yvane Goua invitée de Mayouri Info
  • Par Catherine Lama
  • Publié le
Une pétition a été mise en ligne pour l'obtention d'un scanner à l'aéroport Félix Eboué par l'association Trop Violans . L'association estime cet outil indispensable pour lutter efficacement contre le phénomène des mules qui pourrit la société guyanaise. Cette pétition a recueilli à ce jour 4793 signatures.
Yvane Goua, la porte parole rappelle que cet outil avait déjà été demandé en 2014 et refusé par l'Etat. Elle se doute bien qu'il ne sera pas facile de convaincre les opposants d'obtenir ce scanner. Cela passe par de l'information et des explications claires sur les potentiels dangers de l'outil pour les voyageurs.
Selon Yvane Goua, il n'y a pas à l'heure actuelle de solutions d'envergure proposées pour endiguer la problématique des mules.
"On veut des solutions concrètes, des solutions qui fonctionnent"
La porte -parole explique que les scanners utilisés dans les aéroports sont spécifiques et ne présentent pas de dangers particuliers. Elle complète son propos ainsi :
"Pour pouvoir atteindre le seuil annuel critique de radiation, il faudrait passer un scanner 3 fois par jour, tous les jours de l'année..."
Le risque dans ce cas peut davantage être pour le personnel naviguant. 
L'association entend continuer sa campagne d'information pour convaincre la population et obtenir au moins 10 000 signatures pour que cette demande devienne réalité.

L'interview d'Yvane Goua
Yvane Goua invitée de Mayouri Info

Sur le même thème

  • trafic de drogue

    Limoges : 5 guyanais condamnés pour trafic de cocaïne

    La condamnation de 5 jeunes guyanais après le démentèlement d'un trafic de cocaïne à Limoges. Agés de 20 à 22 ans, ils écopent de peines de prison fermes, pour avoir opéré depuis 1 an, entre le Suriname et la capitale du Limousin. Leurs interpellations datent du mois d'avril dernier.

  • trafic de drogue

    Drogue : une étude interpelle les pouvoirs publics sur le phénomène des mules (2/2)

    La politique de lutte contre le phénomène des mules en question. L'étude sur le phénomène des mules réalisé par l'organisme "« Agencephare »  est claire. Les pouvoirs publics ne se positionnent pas suffisament. 
     

  • trafic de drogue

    Cocaïne : la longue file des mules guyanaises

    Saint-Laurent du Maroni, la ville frontalière avec le Surinam est devenue depuis quelques années l’un des lieux de recrutements des trafiquants de cocaïne. Les mules guyanaises!
    Un phénomène en pleine explosion dans l’ouest du territoire guyanais. Saint-Laurent du Maroni a toujours été un lieu de trafic : trafic d’essence, de cigarettes, de denrées alimentaires et de cocaïne, aujourd’hui, à grande échelle. De l’autre côté des rives du Maroni, à quelques minutes en pirogue, le Surinam et son business de la poudre blanche achetée 10 fois moins chère que dans l’hexagone.
    La plupart des habitants de Saint-Laurent du Maroni vivent en dessous du seuil de pauvreté.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play