Des travaux à l'aéroport Félix Eboué pour fluidifier les contrôles des passagers

sécurité
Travaux aéroport
©Elisa Geneviève
Des travaux à  l'aéroport Félix Eboué à Matoury. Cette semaine, des travaux ont débuté pour fluidifier les contrôles passagers au départ. Le dispositif doit permettre d'éviter les retards d'avion parfois dûs à l'engorgement du poste de contrôle. 
Aménagement du poste de contrôle passagers de l'aéroport Félix Eboué. L’aéroport Félix Eboué est en travaux pour faire face au flux croissant de voyageurs. Le poste de contrôle des passagers fait l’objet des premiers aménagements. Depuis une semaine la fluidité du contrôle se trouve considérablement améliorée. 


Gain de temps

Travaux aéroport
©Elisa Geneviève
Fini les retards d’avion provoqués par l’engorgement du poste de contrôle des passagers devenu trop petit avec le temps. Des contrôles de voyageurs et de bagages cabine qui pouvaient prendre jusqu’à 1h30 en haute saison. La solution : un poste de contrôle plus grand, fermé et surtout plus efficace de l’avis des usagers. Ces améliorations datent d’une semaine avec une troisième ligne là où il n’y en avait que deux et une  quatrième ligne d’ici la haute saison, c’est-à-dire les grandes vacances de juillet-août.
Maggaly Magne, cheffe du service sureté de l’aéroport Félix Eboué explique : 

"Nous avons un trafic en hausse. Nous tablons sur 600 000 passagers. Nous avons mis une ligne de contrôle supplémentaire. Sur une première semaine d'exploitation, nous avons déjà gagné 45 minutes". 

 


Rénovation de l'aérogare 

Se pose alors plus globalement la question de l’attrait de notre aéroport. Ces changements s’intègrent dans un plan de réaménagement de 30 millions d’euros. Le hall de l’aérogare affichera un tout autre aspect d’ici le mois de juin. Un hall qui ne sera pas plus grand mais plus fonctionnel selon la chambre de Commerce et d'Industrie. De quoi faire face aux 600 000 passagers attendus cette année, contre 560 000 l’an dernier. Il y va pour les compagnies dont les vols enregistraient de forts retards en Guyane et de la fiabilité de notre aéroport sur l’échiquier international.