Un chantier de travaux d’intérêt général pour des anciens passeurs de drogue

famille
Des anciens passeurs de drogue participent à une action de réinsertion par le biais d'un chantier de travaux d'intérêt général ©Guyane la 1ère
Le centre pénitentiaire de Guyane est en surpopulation. Que faire pour freiner l’augmentation de sa fréquentation face à la croissance de la délinquance et le phénomène de mules ? Parmi les dispositifs mis en place par le ministère de la justice depuis 2018, les agences du travail d’intérêt général. En Guyane, elle a donné le coup d’envoi d’un TIG collectif à Kourou en partenariat avec l'association Papakaï.

Trois jeunes âgés de 20 et 21 ans ont accepté de faire partie de ce chantier de travaux d’intérêt général. Ce lundi matin, ils ne lésinent pas sur leurs efforts. Ils n’ont pas le choix. Condamnés pour avoir fait la mule, ils purgent leur peine en apprenant un métier.

Chantier de l'association Papakaï
Chantier de l'association Papakaï ©Guyane la 1ère

Parmi eux Hugo, reconnait avoir cédé à la tentation du gain facile : « C’est un moyen pour faire de l’argent facile, même s’il y a des risques tu vas y aller ! » 

Pendant un mois, et peut être plus, Hugo, Flow et Max vont venir chaque jour travailler sur ce site.
Une proposition, qu’ils ne pouvaient refuser car ils ont la volonté de sortir de cette situation et surtout d’éviter ainsi la prison. L’association Papakai propose à ces jeunes de leur mettre le pied à l’étrier pour un nouveau départ. Un résultat à atteindre en 3 étapes comme l’explique Jefrado Amalensi, directeur de la régie des territoires de Kourou, association Papakaï :

« Dans un premier temps, l’activité est axée sur l’apiculture. Puis le deuxième point concerne l’accompagnement afin de les rendre employables et surtout de lever le maximum de freins les concernant.  Le troisième point est de leur permettre d’avoir une qualification après le chantier. »

Cela répond à l’objectif de l’Agence de travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle de Guyane afin de réinsérer les justiciables sans qu'ils aient à passer par la case prison.