Une centaine de lycéens originaires de Camopi et de Trois-Sauts sur le littoral pour la rentrée des classes

éducation est guyanais
Une centaine de lycéens originaires de Camopi et Trois Sauts vont reprendre les cours sur le littoral ©Alexandra Silbert
Ils ont effectué un long et fatigant périple en pirogue puis en bus depuis leur commune et village d’origine afin de reprendre les cours à Cayenne, près d’une centaine de lycéens ont été accueillis ce mardi 6 septembre à la Maison des Cultures et des Mémoires de Guyane de Rémire-Montjoly. Sur place, accompagnés de leurs parents, ils ont pu faire leurs différentes démarches administratives pour pouvoir commencer l'année sereinement.

Ils sont arrivés sur le littoral ce lundi...eux ce sont des lycéens originaires de Camopi et de Trois-Sauts, situés dans l'Est du territoire.
Toute cette semaine, ils vont mener les démarches administratives nécessaires à leur scolarité avec leurs parents.
Et pour leur faciliter la tâche, la préfecture a installé un guichet unique à la Maison des Cultures et des Mémoires de Guyane située à Rémire-Montjoly. L'occasion pour eux ce mardi 6 septembre d'échanger avec des représentants de la Caisse d’Allocations Familiales ou encore de la Collectivité Territoriale  afin de faire par exemple leur demande de bourse ou d’aide financière.

Des assistantes sociales des lycées de l’île de Cayenne étaient également présentes afin de répondre aux besoins des élèves.

Nous sommes là pour les aider sur toutes les questions d'ordre financier, notamment pour la cantine, les fournitures scolaires, les livres, les vêtements. Nous accompagnons les familles pour tout cela. Nous œuvrons aussi dans le domaine de la protection de l'enfance mais là nous sommes vraiment présentes pour l'aspect financier.

Malika Thiéveneau - assistante sociale chargé du lycée Balata

En fin de semaine, les élèves découvriront leur hébergement sur le littoral géré par la CTG. Priorité est donnée aux internats pour leur cadre sécurisant mais le recours aux familles d'accueil reste fréquent. Pour le moment, 80% des élèves sont placés. 

Les parents de leur côté ont pu découvrir le nouvel environnement de leur progéniture. Il faut dire que laisser son enfant sur le littoral, c'est loin d’être simple comme le raconte Jean-Michel Miso.
Pour lui c’est une première, sa fille entre en seconde au lycée Melkior et Garré de Cayenne.

Comme tous les parents, je lui ai donné des conseils. Je lui ai dit de respecter sa famille d'accueil, d'aller tous les jours à l'école, de ne pas traîner dans la rue comme d'autres peuvent le faire. C'est important parce que nous on ne va pas rester là, on va rentrer chez nous à Trois-Sauts et donc on ne sera pas là si elle a des soucis, on ne pourra pas tout le temps la surveiller.

Jean-Michel Miso - père d'une lycéenne de Seconde

Cette semaine d’intégration a été mise en place pour garantir une bonne scolarité aux élèves et soutenir leurs projets dans la durée.
Jimmy-Paul Suitman entre en 1ère au lycée agricole de Matiti, il est donc habitué à la vie loin de sa famille et semble bien se débrouiller.

Ma première année sur le littoral, ça s'est bien passé. J'ai eu quelques difficultés mais ça va, je m'en suis sorti grâce aux aides mises à notre disposition. Que ce soit dans ma famille d'accueil ou au niveau des cours, je m'en sors plutôt bien. Et puis je garde le contact avec ma famille pour avoir des nouvelles.

Jimmy-Paul Suitman - élève du lycée agricole de Matiti

Cette année Jimmy-Paul Suitman s’est fixé le bac comme objectif, il espère ensuite créer son entreprise agricole.