Un vendredi saint au marché de Cayenne

société
Etalages au marché de Cayenne
Étalages au marché de Cayenne ©Nikerson Perdius
Nous sommes vendredi aujourd’hui. Vendredi saint, pour les catholiques. Jour où le Christ est mort sur la croix, avant de ressusciter. En Guyane, c’est une tradition ! A cette date, on bannit la viande. On lui préfère le poisson, accompagné de beignets et de légumes.
Il y avait foule ce vendredi 30 mars au marché de Cayenne. Les marchandes étaient parées de leurs plus beaux habits pour allécher les clients. En ce vendredi saint, il était de rigueur de manger du poisson. Les clients se sont rués sur les animaux aquatiques. Sans eux, difficile de préparer un plat digne d’un vendredi saint. Au hasard de nos rencontres, quelques réactions :

" C’est du poisson, quelque soit le poisson mais c’est la tradition, si on jeûne, c’est encore mieux."


Sur le marché de Cayenne, on a sa propre définition du jeune

"Il faut jeûner, manger tout ce qui est maigre. Pas de graisse. C’est la tradition depuis nos gangans, alors, il faut respecter, voilà"


Et au menu traditionnel, au final de ce long week-end religieux : l’incontournable plat local.

"Je suis en vacances, je vais manger le bouillon awara. Je ne suis pas d’ici mais j’adore le bouillon awara."


En ces jours de recueillement pour les catholiques, seul le vendredi saint est jeûné. Ensuite place au traditionnel bouillon d'awara. Un étrange bouillon à la couleur orange du fruit de l'awara, dont la pâte sert de base.
D’après la bible, Jésus-Christ est mort crucifié le vendredi saint, avant de ressusciter le dimanche de Pâques.
  

Les Outre-mer en continu
Accéder au live