Violence à l'école : deux familles défendues par l'association Trop Violans

éducation
Conférence de presse Trop Violans
©Jocelyne Helgoualch
Une famille dans la tourmente. Le fils, Reynal a été victime de violence dans son établissement scolaire. Le père qui travaille dans ce même collège a été écarté par la direction pour l’avoir défendu. Une situation dénoncée par l’association Trop Violans.

Une conférence de presse pour dénoncer 


L’association Trop Violans ce matin donnait une conférence de presse. Il s’agissait pour l’association dirigée par Olivier Goudet l’un des leaders des mouvements sociaux de mars-avril dernier, d’alerter l’opinion sur la douleur de deux familles de Guyane.
Ces deux familles se sont réunies pour dénoncer ce qu’elles considèrent comme une double peine. D’un côté la famille de Reynal, et de l’autre la famille de Stacy, une jeune fille défendue par le jeune homme lors d'une bagarre au collège Dumesnil. Pour mieux comprendre, il faut savoir que Reynal 13 ans est en 5 ème au collège Dumesnil de Matoury, tout comme Stacy 12 ans.
Les deux adolescents ont été la cible d’autres élèves de l’établissement lors d'une bagarre générale après que Reynal ait tenté de s’interposer pour défendre la jeune fille.

Reynal  ajoute :

"J'ai simplement voulu défendre Stacy. Certains collégiens s'en prenaient à elle. Ils m'ont menacé à plusieurs reprises."


Stacy, elle, exprime sa peur : 

"J'ai encore peur. Je me sens en danger. Je trouve que c'est injuste pour Monsieur Jean-Baptiste qui nous défend." 


Ces tensions à répétition ont eu une autre conséquence : cette fois sur le père de l’adolescent. Car Jonathan Jean-Baptiste travailleur handicapé est un salarié du collège Dumesnil. Quelques jours après ces faits de violence, le père de famille a une altercation avec un des jeunes qui a agressé son fils.
Le père employé du collège est aujourd’hui écarté de l’établissement par mesure conservatoire. C’est une décision injuste estiment les familles.
Le président de  l’association Trop Violans interpelle les autorités sur ce dossier .

Olivier Goudet président de Trop Violans se justifie :

"Nous allons interpeller les autorités. Aujourd'hui il y a une double sanction. Monsieur Jean Baptiste a un statut de travailleur handicapé. Il subit des violences depuis des années dans ce collège. Il faut que des actions fortes soient mises en oeuvre" 


Après une grève générale des enseignants et du personnel du collège Dumesnil fin janvier, des mesures ont été annoncées par la direction de l’établissement. Elles doivent être appliquées à la rentrée. Elles sont très attendues par ces deux élèves qui appréhendent la rentrée de février.



Les Outre-mer en continu
Accéder au live