14 ans de prison pour un grand-père incestueux en Martinique

justice
Culture Egalité / inceste / féministes
Banderole déployée devant le palais de justice de Fort-de-France, lors du procès aux assises du grand-père incestueux (mars 2022). ©Culture Egalité
La cour d’assises de Fort-de-France vient de condamner un grand-père de 76 ans à 14 ans de réclusion criminelle. Le septuagénaire était accusé de viol par 7 jeunes femmes dont ses petites-filles âgées de 10 ans et plus à l’époque des faits.

La décision est tombée ce vendredi 18 mars 2022 dans la soirée, pour le septuagénaire incestueux originaire de la commune du François. La cour d’assises de Martinique l’a condamné à 14 ans de prison pour viol subit par 7 femmes dont 3 de ses propres petites filles. Les victimes étaient âgées de 10 ans et plus à l’époque des faits.  

"L’inceste est un crime" 

Durant les 5 jours de procès à huis clos, l’association féministe Culture Egalité a manifesté sa solidarité devant le tribunal de Fort-de-France jusqu’à la délibération, avec une banderole sur laquelle était inscrit : "L’inceste est un crime", incitant à "briser le silence".  

Nous voulons rappeler aux filles, aux mamans surtout, qu'il ne faut pas rester dans le silence. Il faut absolument, parler, dénoncer. Nous savons que ce n’est pas facile, mais nous sommes là, solidaires, il faut vraiment qu'elles ne restent pas isolées, parce-que sinon, elles ne pourront pas se reconstruire et les choses vont continuer à perdurer et surtout, cela va détruire leurs enfants et toute la famille (…). Tant qu'il y a pas dénonciation, il n’y a pas de jugement et pas de condamnation (…). Et puis les enfants sont détruits de l'Intérieur, donc il faut que ce fléau cesse en Martinique.

Maguy Linise - membre de Culture Egalité (au micro de Pierre-Yves Honoré)

"Un complot familial" selon l’accusé  

Durant l’audience, la défense a dénoncé "un complot familial", mais les jurés n’ont pas suivi cette thèse. Le ministère public avait lui, requis 15 ans de réclusion criminelle.  

"Culture Egalité se réjouit du fait qu’enfin, les victimes ont eu justice. Elles essaieront de se construire" après un procès durant lequel "elles ont été très très malmenées" d’après l’association.  

Nous appelons à rompre le silence. Oui, certes. Mais pour cela, il faut combattre cette société patriarcale dans laquelle les hommes sont tout puissants. Ils pensent, ils croient que le corps des femmes, des petites filles leur appartient. On en abuse comme on veut, en échange de bonbons parfois (…). Nous devons sortir les femmes de la culpabilité. Le criminel c'est lui, le coupable.

Georges Arnaud - porte-parole de Culture Egalité

L’homme de 76 ans a été incarcéré à la prison de Ducos dès la fin du procès. La défense n’a pas fait appel.