publicité

Ronny Turiaf : "tous les jours de ma vie, je pense à la Martinique"

Entretien avec Ronny Turiaf, engagé auprès des jeunes basketteurs martiniquais à l'occasion d'un basket-camp organisé par l’association Passion en Action.

© Raphaël Bastide
© Raphaël Bastide
  • Karl Sivatte et Raphaël Bastide
  • Publié le , mis à jour le
Entretien avec Ronny Turiaf

Karl Sivatte & Ronny Turiaf

Des joueurs professionnels de basket-ball sont actuellement en Martinique pour prendre part à diverses manifestations à l’initiative de l’association Passion en Action présidée par Boris Elisabeth-Mesnager, joueur de la JSA Bordeaux. Parmi les joueurs présents pour l’heure, les martiniquais Ronny Turiaf, des Los Angeles Clippers, seul martiniquais évoluant dans la plus grande ligue mondiale la célèbre NBA américaine. Sont également présents Boris Elisabeth-Mesnager, le meneur de jeu de Paris-Levallois Andrew Albicy, Jeffrey Dalmat le trinitéen de La Rochelle ou encore Harry Disy de St-Vallier en pro B française. Ces joueurs et leurs encadrants ont animé mardi après midi un training-camp à l’attention d’une quarantaine de jeunes basketteurs martiniquais sur la place de Schoelcher. 

Sans trompette ni fanfare, ces pros ont animé une session tout l’après-midi durant malgré les petites averses qui auraient pu arrêter la séance. Loin des parquets de NBA ou des meilleures salles françaises ou européennes, le seul objectif de ces joueurs était de redonner aux jeunes de leur île un peu de leur savoir, un retour d’expérience sur leur vécu quotidien. 

Et à voir l’entrain des jeunes, nul doute que l’impact des conseils donnés par Ronny Turiaf ou encore Andrew Albicy, pour ne citer qu’eux, a tout de suite fait mouche. Techniques et astuces en défense, savoir attaquer, importance de la répétition des gestes et du travail, autant de pistes soufflées par les joueurs devenus cadres techniques le temps d’une après-midi. Les jeunes n’ont pas hésité à reprendre leurs gestes et ont même subi « la punition » de coach Turiaf avec des séries de pompes, « supplice » qu’a également subi Andrew Albicy par exemple pour une passe ratée. Travailler dans la bonne humeur sous la houlette d’un champion de NBA, le ducossais Ronny Turiaf, du pur bonheur pour tous ces jeunes.

Mais au-delà de l’insistance sur les techniques pures du jeu, tous les joueurs pros ont répété l’importance pour chaque jeune de prendre à cœur leurs études tout en pensant basket. Pour « Passion en Action » qui avait organisé en 2011 la venue de Tony Parker et Boris Diaw en Martinique, cette session d’amélioration des techniques envers les jeunes sera aussi organisée le vendredi 5 juillet au Palladium de Sainte-Marie et le lundi 8 juillet au Vauclin.
Et quand on demande à Ronny Turiaf le pourquoi de cet investissement aux côtés des jeunes martiniquais « c’est un juste retour des choses pour qu’ils sachent que chacun a droit au rêve…Il y a seize ans, personne n’imaginait qu’un martiniquais foulerait les parquets de NBA, je l’ai fait donc avec travail et détermination, un rêve peut devenir réalité ».

Quant à Andrew Albicy lui aussi très entouré, le meneur de jeu de Paris-Levallois n’a pas caché sa fierté d’être sur ses terres « et surtout de donner du temps pour les jeunes basketteurs de Martinique. Leur application, leur écoute et leur soif de progresser forcent le respect et c’est du vrai bonheur de partager avec eux…Aller à la rencontre de talents et jeunes qui aspirent à faire du basket leur métier, c’est tout simplement beau et il y a du potentiel chez eux donc si on peut les aider à améliorer leurs gestes pour qu’ils progressent, quel cadeau pour nous… »

A noter que les 6 et 7 juillet au hall Pellière Donatien à Fort-de-France, deux matchs de gala sont prévus entre des sélections de Martinique, Guadeloupe et Guyane avec dans chaque équipe un joueur NBA : le Guyanais Kevin Séraphin des Washington Wizards, le Guadeloupéen Michael Gelabale de Minnesota Timberwolves et donc Ronny Turiaf des Clippers de Los Angeles. Trois amis qui ont monté leur sélection avec  « le Champions Basket-Ball Tour 2013 », un véritable challenge antillo-guyanais qui devrait se tenir tous les deux ans. Premier match samedi 20 heures.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play