martinique
info locale

Une douleur encore si vive !

catastrophe aérienne 2005
Hommage aux victimes du crash
Stèle de Fort-de-France en mémoire des 152 victimes martiniquaises du crash du 16/08/2005 ©Martinique 1ère
Les membres de l'AVCA, l'association des victimes de la catastrophe aérienne du 16 août 2005 au Venezuela, ont marqué l'évènement ce samedi, dans les communes qui ont connu le plus grand nombre de victimes, 9 ans après le drame.
Ce samedi après-midi, les membres de l'AVCA et quelques soutiens participent à une chaîne humaine sur le stade d'Ajoupa-Bouillon et à un lâcher de ballons.
Ce samedi matin, les familles des victimes ont déposé une gerbe devant la stèle dédiée aux victimes, place François Mitterrand à Fort de France. Même geste à Saint-Joseph, quelques minutes plus tard devant une autre stèle élaborée par l'artiste Hector Charpentier.
Hommage aux victimes du crash
A Saint-Joseph, hommage devant la stèle dédiée aux victimes du crash de 2005 ©Martinique 1ère

Neuf ans après le drame, l'enquête est au point mort mais les avocats des familles préparent encore des procédures.

 

Crash fatalité ?
Août 2005 par Jala

Perdre un parent, ça je connais.
En perdre plusieurs, connaissais pas

Perdre un ami, ça je connais
Tous d'un seul coup, connaissais pas

Priez Bondié, ça je connais
Tous d'un même cour, connaissais pas

Pleurer les miens, ça je connais
Pleurer ensemble, connaissais pas

.Peut-être ais-je oublié,
Le temps passe-t-il si vite ?
Mémoire ankylosée
Enfouie dans notre histoire.
Fais donc la mise à jour.

Et mes yeux embués
Découvrent sur le mur
Cette liste de noms
Que mes larmes acides
Effacent à jamais
De mon carnet d'adresses.

Parents, frères ou amis,
Vous voilà réunis
Pour un dernier voyage
Dans le pays des sages.

Et nous, d'un même cri,
Restés avec la vie
Nous vous rendons hommage
Emportant vos images.

Comme des révoltés
Fustigeant au passé
Un grand oiseau de fer
Soi-disant responsable.

Nous sommes tous aveuglés
A nos questions posées
Quémandant les réponses
Légères comme des pierres ponces.

Oh ! mon peuple meurtri,
C'est une leçon de vie
Afin que nul n'oublie.
Révisons nos copies.

©Jala
Publicité