martinique
info locale

Fêtes de fin d'année : les villes moins lumineuses en 2014

fêtes de fin d'année
Lumières pour 2014
Certaines années, des communes pouvaient dépenser jusqu'à 100 000 euros en décorations de fêtes pour éclairer les rues. ©catherine le pelletier
Les communes de Martinique ont installé moins de décorations pour les fêtes de fin d’année...à cause de la crise.
Moins de guirlandes qui clignotent, moins de "Joyeuses fêtes" qui s’affichent en grand dans les rues de vos communes. Les municipalités ont décidé de revoir à la baisse leur prétention en la matière. Depuis la crise de 2009, il faut faire des économies là où c’est possible, résume Maurice Bonté, maire d’Ajoupa-Bouillon et Président de l’Association des Maires de Martinique.
 
ÉCOUTEZ Maurice Bonté au téléphone de Peggy Pinel-Féréol :

Maurice Bonté, le maire d’Ajoupa Bouillon et Président de l’Association des Maires de Martinique

La situation ne risque pas de s’arranger car pour l’année 2015, l’État a baissé sa dotation pour les collectivités de 11 milliards d’euros.

Des situations diverses

Certaines communes ne font strictement rien, comme à Schœlcher ou à Rivière-Salée. Dans la ville du sud, c’est la deuxième année consécutive qu’il n’y a pas de décorations festives. "Au lieu de faire de l’éphémère, on a préféré faire du durable en améliorant l’éclairage public", résume Daniel Certain, directeur général des services de la mairie saléenne.


Les années passées où la municipalité avait effectivement joué le jeu, elle avait du débourser 100 000 euros pour décorer les rues. Pas question de dépenser autant de sous cette année. "Ce n’est pas de gaîté de cœur mais les finances commandent ", tient à rappeler Daniel Certain.

D'autres communes installent quelques décorations en réduisant tout de même la voilure. A Bellefontaine par exemple, au lieu des 40 000 euros de décorations, la mairie a déboursé 20 000 euros environ. Somme qui comprend l’achat, la pose, l’entretien...
 
Nous ne pouvons pas mettre tous nos sous dans les décorations de Noël.




Il a fallu renouveler le stock d’illuminations car les normes ont changé : il faut désormais utiliser les ampoules LED. "On a voulu décorer la ville pour la dynamiser mais il a fallu faire attention. Nous sommes dans des temps difficiles. Nous sommes fortement attachés à cette tradition mais nous ne pouvons pas mettre tous nos sous dans les décorations de Noël", explique Raphaëlle Duchel, élue en charge de la culture, des fêtes et des cérémonies de Bellefontaine.
 
"Demain matin, si l’on a un administré qui a besoin d’aide, il nous faut être en mesure de répondre à ce genre de demande », ajoute-t-elle.

Enfin, une ville comme Saint-Joseph augmente son budget. La ligne décoration est passée de 20 000 à 30 000 euros.
 
"On fait un minimum pour qu’il y ait un peu de gaîté", assure Maurice Bonté qui invite les commerçants et les particuliers à éclairer eux-mêmes vitrines de magasins et maisons pour créer cette ambiance caractéristique des fêtes de fin d'année.