La policière assassinée venait de passer Noël à Sainte-Marie

décès
Clarissa Jean-Philippe
Clarissa Jean-Philippe (1988-2015) ©Martinique 1ère
Clarissa Jean-Philippe, 26 ans, assassinée jeudi au sud de Paris était du quartier Derrière Morne à Sainte-Marie. Elle venait de passer les fêtes de Noël avec sa famille.
Clarissa Jean-Philippe avait quitté la Martinique, il y a huit ans pour travailler en France. Elle était dans sa famille, il y a encore quelques jours, lors des fêtes de Noël confirme le maire de Sainte-Marie.  Au quartier Derrière-Morne à Sainte-Marie et dans la famille c'est bien sûr le choc. Dès l'annonce de la mort tragique de Clarissa des proches et des voisins sont venus spontanément soutenir son frère et surtout sa mère, dévastée par la douleur.

Tellement dévastée qu'elle a perdu la parole même en présence de Bruno Nestor Azérot, maire et député de Martinique. Seul le frère rassemble un peu d'énergie pour parler de sa soeur : "Toujours joyeuse, toujours prête à rigoler, déterminée pour le boulot".

"Elle était très contente de terminer son stage", précise sa tante elle-même fonctionnaire de police. "Je pense que l'état mettra tout en place pour retrouver l'auteur des faits", espère le député du nord et maire de Sainte-Marie.
Traumatisme de la famille de la policière... par martinique1ereLa famille de la victime a reçu des messages de soutien et  de solidarité notamment des sénateurs Maurice Antiste et Serge Larcher, du député socialiste Européen Louis Joseph Manscour, de Serge Letchimy, président du conseil régional, de la fédération socialiste de Martinique, l'UMP Martinique, les FMP de Miguel Laventure, ou encore de Didier Laguerre, maire de Fort de France. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live