Guadeloupe et Martinique se divisent pour l'implantation d'un tepscan et d'un cyclotron

santé
Image de cyclotron
Image de cyclotron pour détecter de façon particulièrement fine certains cancers ©Martinique 1ère
Tepscan et cyclotron sont des outils très perfectionnés pour détecter de façon particulièrement fine certains cancers puis de les traiter à des stades très précoces. Les élus Antillais font campagne pour leur implantation dans leurs régions respectives.
Lors de son passage à la Martinique en 2014, Jacqueline Godet, présidente de la Ligue Nationale contre le cancer dénonçait l'absence d'un tepscan et d'un cyclotron pour détecter les cancers en Martinique."Je le dis haut et fort, c'est vraiment une preuve tout à fait flagrante de l'inégalité d'accès aux soins". La région des Antilles-Guyane ne dispose d'aucun outil performant pour mieux détecter les cancers, par rapport aux autres régions de France qui en sont dotées depuis 1999.  

Un outil performant

Le tepscan est un appareil d’imagerie médicale perfectionné. Le cyclotron est un laboratoire spécialisé. Tepscan / cyclotron sont essentiels pour le diagnostic et le traitement du cancer. "Nous avons à la fois une image de scanner normale et en plus les images où sont situées les cellules cancéreuses. L'intérêt pour les cancérologues, les chirurgiens et les médecins nucléaristes est de repérer précocement ces zones cancéreuses", précise le docteur Mehdi Medjoubi, radiologue de Martinique.

Polémique entre les îles soeurs

Diagnostic et traitement sont donc insuffisants dans notre région des Antilles et de la Guyane. L'histoire de Julie Aristide, musicienne du groupe Soft a mobilisé la Guadeloupe. Une campagne a permis de récolter plus de 25 000 signatures pour l'implantation d'un tepscan et d'un cyclotron en Guadeloupe alors qu'en Martinique, seuls les médecins et les élus formulent pareille demande.

Les présidents de région, Serge Letchimy en Martinique et Victorin Lurel en Guadeloupe, font campagne pour l'implantation de ces outils dans leurs régions respectives. Le prix très élevé de tels équipements n'autorisent l'implantation que dans une seule région...