Rivière-Salée célèbre le centenaire de la naissance de Joseph Zobel

culture
Joseph Zobel
Rivière-Salée célèbre le centenaire de la naissance de Joseph Zobel (1915/2006) ©josephzobel.com
Cérémonie officielle d'ouverture de l'année Zobel, ce vendredi soir (17 avril) dans l'ancienne usine à sucre de  la commune. Rivière-Salée célèbre le centenaire de la naissance de son écrivain, né sur ces terres de canne à sucre et dont l'oeuvre est souvent ignorée.
Cérémonie officielle d'ouverture de l'année Zobel, ce vendredi soir (17 avril, à 18h30) dans l'ancienne usine à sucre de  la commune. Rivière-Salée célèbre le centenaire de la naissance de son écrivain, né à Petit-Bourg, sur ces terres de canne à sucre et dont l'oeuvre est souvent ignorée. La cérémonie d'ouverture de "2015 année Zobel" est prévue sur le lieu même de sa naissance, il y a 100 ans. Petit-Bourg était alors le centre névralgique du transport, pour tous les passagers venant du Sud de la Martinique pour se diriger en bateau à vapeur vers Fort-de-France.

Aux yeux des organisateurs de la ville de Rivière-Salée, cette manifestation vise à faire découvrir toute les richesses de l’œuvre de Joseph Zobel. "Son objectif est de consolider durablement les nouvelles dynamiques qui seront portées par les nombreuses initiatives artistiques et culturelles de qualité tout le long de cet hommage", assurent-ils.

2015 année Zobel

Joseph Zobel une oeuvre souvent ignorée

En 1940 Joseph Zobel écrit son premier roman, "Diab’-la" que le Gouvernement vichyste décide de censurer. En 1946 il publie "les jours immobiles" et le roman "laghia de la mort". Tour à tour, il poursuit des études d’ethnologie, obtient un certificat de littérature à la Sorbonne, suit des cours d’art dramatique. Joseph Zobel fut professeur adjoint puis surveillant général au lycée François 1er à Fontainebleau (Seine et Marne).

Une vie au Sénégal

En 1950 il publie "la Rue Cases-Nègres", le célèbre ouvrage mis en scène par la cinéaste martiniquaise Euzhan Palcy, en 1984.En 1953 il publie un autre roman, "La fête à Paris". Entre 1953 et 1956 il enchaînera conférences et récital de poésie en France, en Suisse et en Italie. En 1957, Joseph Zobel est recruté par le Ministre Sénégalais de l’Éducation, comme directeur du collège de Zighinchor (actuellement Lycée Djignabo) en Casamance. Installé à Dakar (Sénégal) comme surveillant général du Lycée Van Vollen, il devient quelques années plus tard, producteur d’émissions éducatives et culturelles à la radio du Sénégal, dont il crée le service culturel. Les émissions de Joseph Zobel seront écoutées dans toute l’Afrique Occidentale Francophone. Il est chargé simultanément de la formation des speakers de la radio.
Usine Petit-Bourg
L'usine de Petit-Bourg après la 2e guerre mondiale ©josephzobel.com

Réécriture de ses romans

En 1965 il publie "Incantation pour un retour au pays natal", sur un disque il déclame trois de ses poèmes. Installé dans le village de Générargues (Gard) depuis sa retraite en 1974, Joseph Zobel a poursuivi son travail littéraire en réécrivant ses romans. "Les Jours immobiles" devenant "Les Mains pleines d’oiseaux" et "La Fête à Paris" devenant "Quand la neige aura fondue".

En 1995, Joseph Zobel publie à compte d’auteur "d'Amour et de Silence", un livre d’art combinant poèmes inédits, extraits de son journal personnel et aquarelle. L’auteur, par ailleurs maître en art floral japonais (Ikebana) a appris l’aquarelle auprès du maître Coréen Ung No Lee (1904/1989).

Dernier souffle dans le Gard

Les deux derniers livres de Joseph Zobel ont été publiés en 2002 : "Gertal et autres nouvelles" rassemble cinq nouvelles inédites et des extraits de son journal, tenu de 1946 à 2002. "Le Soleil m’a dit " rassemble son œuvre poétique complète, composée de recueils publiés à compte d’auteur et de poèmes inédits.

Joseph Zobel meurt le 17 juin 2006 à Alès (Gard). Aujourd'hui en guise de mémoire, le Lycée de Rivière-Salée est baptisé depuis le 14 avril 2000 Lycée Joseph Zobel.

(source Alfred Largange)2015 année Zobel : le programme http://www.josephzobel.com/programme/