Sale temps pour les trafiquants face à la coopération des services de l'Etat

trafic de drogue
saisie de drogue
La coordination des services de l'Etat dans la zone Antilles-Guyane s'illustre lors de cette nouvelle saisie de drogue ©Fabrice Defremont
La Caraïbe, plaque tournante du trafic de drogue. Plus de 3,6 tonnes de drogue saisies en mer depuis le début de l’année 2015. Deux opérations en deux jours illustre bien la coopération entre services dans la lutte contre le trafic de produits stupéfiants dans notre région.
Agissant dans le cadre de l’action de l’État en mer, la marine française aux Antilles opère régulièrement de manière coordonnée pour réprimer les trafics de drogue en haute mer avec les autres administrations telles que la Douane, l’OCRTIS (Office Centrale de Répression des Trafics de Stupéfiants) et la Gendarmerie, ainsi qu’avec ses partenaires étrangers de la Caraïbe.
 
Pour cette nouvelle saisie en mer, la douane a sollicité l’intervention de la Marine Nationale sur la base d’une enquête menée par la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), révélant un probable transfert par voie maritime de plusieurs centaines de kilos de cocaïne entre le Guyana et le nord de l'arc caribéen.

Le préfet de Martinique coordonne la lutte

La cible est un patrouilleur battant pavillon Guyanien. La frégate de surveillance Germinal avec le concours de l’agence interministérielle de lutte contre le narcotrafic aux USA - la Joint Inter Agency Task Force – South (JIATF-S), a détecté et intercepté le remorqueur suspect à 650 km dans l’Est de l’Arc Antillais. Après accord du Guyana, l’équipe de visite de la frégate de surveillance Germinal a ensuite effectué une fouille qui a conduit à la découverte de cinq bidons contenant environ 220kg de cocaïne.
saisie de drogue
le patrouilleur Guyanien "Misty.B et le voilier "Le Silandra" juste à coté, les deux bateaux saisis par les services de l'Etat ©Fabrice Defremont
Les 4 présumés narcotrafiquants de cette nouvelle saisie sont placés en garde à vue par l’OCRTIS dans le cadre de l’enquête judiciaire sous l’autorité du procureur de la république. Les 220kg de cocaïne seront remis à l’OCRTIS pour destruction.