L'État met plus de 2 000 contrats aidés à la disposition des entreprises martiniquaises

emploi
Fort de France et sa baie
Fort de France notamment, bénéficie des contrats aidés pour ses entreprises ©Martinique 1ère
La Martinique, où le taux de chômage dépasse les 20%, se voit accorder un nombre de contrats aidés généralement important. Rien que pour ce semestre, près de 2.200 contrats aidés sont mis à la disposition des entreprises selon la préfecture. Explications.
L'annonce a été faite lundi (1er juin) par François Rebsamen, ministre du travail, peu de temps après la parution des chiffres du chômage en avril en France. 100.000 contrats aidés supplémentaires verront le jour en 2015. Mesure qui pourrait ne pas nous impacter directement selon Imed Bentaleb, sous-préfet délégué à l'emploi et à la cohésion sociale en Martinique. Pour lui, le contexte martiniquais n'est pas le même qu'en France.
 
 

Plus de 2 000 contrats aidés pour les entreprises

La Martinique, où le taux de chômage dépasse les 20%, se voit accorder un nombre de contrats aidés généralement important. Les enveloppes allouées à notre territoire sont d'ailleurs, chaque fois, plus conséquentes. Rien que pour ce semestre 2015, près de 2.200 contrats aidés sont mis à la disposition des entreprises. On peut y ajouter les 1.115 CAE-DOM, des contrats d'accès à l'emploi spécifiques à l'Outre-Mer.

Et si le gouvernement accorde chaque fois, un peu plus à la Martinique, c'est parce que ces enveloppes sont généralement bien utilisées. 93% des emplois d'avenir ont, par exemple, été déjà consommés durant ce semestre. L'an dernier, ce sont 95% des postes, emplois d'avenir et autres, qui ont été pourvus. 7.000 personnes ont pu être recrutées, dont plus de la moitié était des jeunes. Ce qui a contribué, assure Imed Bentaleb à la baisse de près de 11% du nombre de chômeurs de moins de 25 ans au cours des 10 derniers mois. Certains d'entre eux ont même pu être prolongés ou titularisés. "Ce n'est pas systématique, mais ça peut arriver", poursuit le haut fonctionnaire.
 

Pas de solution immédiate pour les plus de 50 ans

"3 emplois d'avenir sur 10 dans le public, et 7 sur 10, dans le privé sont pérennisés", ajoute le représentant de l'état. Un bon point que s'attribuent les services de l'Etat qui ont toutefois conscience de n'avoir réglé qu'une toute petite partie du problème. Les chômeurs de plus de 50 ans et de longue durée constituent un phénomène préoccupant. Leur nombre aurait tendance à augmenter.

Les autorités espèrent inverser la courbe, en proposant à ces publics des postes plus adaptés à leurs profils. La baisse du chômage qui passe aussi, selon la Préfecture, par une utilisation plus importante du CICE, le Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi. 1/4 des entreprises locales y ont eu recours. Elles pourraient être plus nombreuses, affirme Imed Bentaleb. Ces sociétés disposeraient, toujours selon le sous-préfet, d'une avance de trésorerie qui leur offrirait davantage de latitude pour embaucher... Alors ?