L'incendie de la décharge de Céron est sous contrôle et des garanties sont données aux riverains

environnement
Villa
Les habitants de Taupinière (Diamant) obtiennent des garanties pour éviter les nuisances ©Martinique 1ère
L’incendie de Céron est désormais sous contrôle selon Hugo Toussay, 1er adjoint au maire du Diamant. Un soulagement pour les habitants de la zone, sous pression, depuis le dernier départ d’incendie de la décharge (mercredi (01 juillet). Des garanties leur sont données.
Les riverains du quartier Taupinière (Diamant) sont invités à visiter le site de Petit Galion, au Robert, qui traitera les ordures, à compter de l’année prochaine. Un rendez vous fixé à demain matin (samedi 11 juillet) comme cela a été décidé lors d’une réunion, mercredi dernier (8 juillet) entre autorités et population.

Une démarche pédagogique

Cette prochaine visite devrait enlever les dernières réticences des proches de la décharge, notamment ceux de Taupinière au Diamant, en première ligne, à chaque départ d’incendie. Ils se retrouveront à la station service du quartier, dès 8h30, et prendront la direction de Petit Galion, là où seront traitées les ordures en 2016, au moment de la fermeture programmée du centre de Céron (à Sainte-Luce). "Il s’agit de bien montrer, à travers cette visite, que les choses avancent et qu’il ne s’agit pas de paroles pour calmer la population", assurent les organisateurs.

Des moyens plus efficaces pour lutter contre les incendies de la décharge

L’autre point abordé lors de la réunion de mercredi dernier : l’acquisition de nouveau matériel de pompage d’eau de mer. Un dispositif sur barge permettant d’y avoir accès, quelque soit le niveau de la marée. Ces nouvelles pompes sont attendues d’ici au mois prochain, selon la mairie du Diamant. La décharge sera aussi l’objet d’une surveillance plus accrue, pour contenir plus rapidement tout nouveau départ de feu.
 

Des propos sur la santé qui se veulent rassurants 

Enfin, la dernière question abordée concernait la santé. Un médecin est venu confirmer que les risques sanitaires, et notamment ceux de développement de cancer liés aux fumées ou autres émanations, étaient très infimes. Des exemples ailleurs dans le monde ont été cités, sans que les spécialistes n’aient remarqué quoi que ce soit. Les maires du Diamant et de Sainte-Luce présents à cette rencontre, tout comme Eugène Larcher, président de l’Espace Sud espèrent désormais que toutes ces réponses seront de nature à rassurer les riverains de la zone, venus très nombreux à lors de cette rencontre.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live