Serge Letchimy veut "réveiller" les militants d’Ensemble Pour une Martinique Nouvelle

politique
Serge Letchimy
Discours de plus d'une heure et demie pour Serge Letchimy ©EMPN
L'école Anne Marc au François a accueilli ce dimanche (12 juillet) le meeting d’"Ensemble Pour une Martinique Nouvelle". Son chef de file Serge Letchimy s’est montré particulièrement offensif. Il a multiplié les piques contre ses adversaires.
Serge Letchimy égratigne ses concurrents. Ce dimanche (12 juillet), pendant plus d’une heure et demie, devant plusieurs centaines de militants acquis à sa cause, la tête de liste d’"Ensemble Pour une Martinique Nouvelle" a défendu son bilan. Mais il a surtout, réglé ses comptes avec la droite et la gauche indépendantiste. Il a qualifié la première d’ "affairiste" et la seconde de "populiste".
 
Jusqu’ici plutôt épargné par le président de Région, Yan Monplaisir a été sévèrement critiqué. Serge Letchimy a plusieurs fois ironisé sur cette déclaration du candidat de droite, qui avait promis, lors de la campagne pour les législatives de 2012, qu’il reverserait son indemnité de parlementaire aux jeunes de Martinique. "Cela ferait à peine 2 euros par jeune", a répondu le député du Centre, ajoutant que Monplaisir "trompait le peuple".
 

Une droite "affairiste", une gauche indépendantiste "populiste"
(Serge Letchimy)

 





 

Serge Letchimy a, par ailleurs, renouvelé ses attaques contre Alfred Marie-Jeanne et Claude Lise. Le président du PPM accuse le leader du MIM de "cultiver la haine". "Il crie et gueule, parce qu’il est faible (…) Il sent la terre partir sous ses pieds", a-t-il poursuivi. Puis, il a, de nouveau, pointé du doigt la gestion prudente de l’ancienne majorité régionale, lui reprochant d’avoir économisé, chaque année, près de "60 millions d’euros alors qu’aucun lycée n’était aux normes".

Quant à Claude Lise, il aurait "perdu son honneur " en rejoignant un camp dont les ténors avaient déchiré, il y a quelques années, le rapport Lise-Tamaya, portant sur l’évolution institutionnelle de la Martinique. "C’est une honte pour la politique et la Martinique", a-t-il affirmé, sans ambages, à la tribune.

Maurice Antiste ne sera pas tête de section dans le centre-atlantique

Ce discours a été aussi l’occasion pour Serge Letchimy de défendre son bilan et de "réveiller" ses troupes. "Il n’y a pas un candidat, nous sommes tous candidats", a-t-il déclaré. Il a redit son envie d’investir pour la Martinique, invitant chacun des militants à s’engager dans ce qu’il a appelé une "croisade politique", pour "lutter contre le mal" que le MIM et ses alliés "ont fait à la Martinique".
 
Le chef de file d’"Ensemble Pour une Martinique Nouvelle" a passé en revue quelques-uns des projets réalisés sous sa mandature, le "TCSP qui sera livré, comme prévu, en décembre 2015" et la "rénovation de 22 lycées sur 24".
 
Pour ce qui est de la composition de la liste, qui sera dévoilée en octobre, on commence à y voir un peu plus clair. Maurice Antiste ne sera pas tête de section dans le centre-atlantique. Le sénateur et maire du François a dit ce dimanche matin, "n’être candidat à rien", ce qui réduit la liste des prétendants à trois : David Zobda, 1er vice-président du Conseil Général, Chantal Maignan, conseillère régionale et même Josette Manin, actuelle présidente du Conseil Général qui pourrait revenir sur sa décision de se retirer de la politique. Elle serait en pleine réflexion en ce moment.