"37 millions d'euros bloqués à cause des barrages devant le Conseil Général"

conflit social
Josette Manin
Josette Manin, présidente du Conseil Général de Martinique ©Martinique 1ère
Les prestations sociales, les salaires des assistants familiaux et des agents de la collectivité ne pourront pas être versés dans les temps. 37 millions de versement qui sont aujourd’hui bloqués à cause des barrages devant les services administratifs départementaux, annonce la présidence.
Depuis le lundi 5 octobre, plusieurs sites majeurs du Conseil Général sont bloqués par le syndicat CGTM-FSM. Ce blocage des services administratifs, sociaux et informatiques, à cette période du mois, n’est pas sans conséquences financières immédiates pour les bénéficiaires des prestations sociales et les agents départementaux selon la présidence du Conseil Général.
 

37 millions d'euros bloqués

"En effet, sans un accès rapide des agents à leurs bureaux, les prestations de solidarité telles que l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), la Prestation de Compensation du Handicap (PCH), le RSA ainsi que les salaires des assistants familiaux et des agents de la collectivité ne pourront pas être versés dans les temps. Ce sont quelques 37 millions de versement qui sont aujourd’hui bloqués", ajoute la direction de la communication du Conseil Général.

Le blocage intervient après la première séance de négociations qui s’est tenue le samedi 3 octobre et au cours de laquelle 6 des 16 points de la plateforme de revendications ont pu être abordés positivement; insiste le Conseil Général. "Cette séance avait été interrompue, tôt dans l’après-midi, à l’initiative du syndicat. Il est important de rappeler que le syndicat GCTM FSM ne fait pas partie des organisations syndicales représentatives de la collectivité", précise la présidence de la collectivité. Le même syndicat qui a réussi tout de même à mobiliser de nombreux salariés dans la journée de mardi ( 6 octobre).
 
Le Conseil Général tente de briser le mouvement en cours en ajoutant que "des organisations syndicales représentatives ont indiqué ne pas soutenir le mouvement en cours". La Présidente du Conseil Général a de nouveau convié le syndicat CGTM FSM à une rencontre de négociation qui ne pourra se tenir qu’en cas de déblocage des sites de la collectivité.