Les petits pays de la Caraïbe arbitres d’un conflit frontalier entre le Venezuela et le Guyana

caraïbes
Carte Amérique du Sud
Le territoire (en rose) qui fait polémique entre le Guyana et le Venezuela
Cette semaine, pour la première fois, Nicolas Maduro, le président du Venezuela se rendra à Antigua et à Sainte Lucie. La Dominique et Saint-Kitts et Nevis étaient déjà sur son itinéraire en septembre. L’objet officiel de ces déplacements : discuter des projets de coopération.
Cette semaine, pour la première fois, Nicolas Maduro, le président du Venezuela se rendra à Antigua et à Sainte-Lucie. La Dominique et Saint-Kitts et Nevis étaient déjà sur son itinéraire en septembre. L’objet de ces déplacements : discuter des projets de coopération. Mais Nicolas Maduro veut surtout obtenir le soutien des pays caribéens dans une dispute territoriale entre le Venezuela et le Guyana.

Le Venezuela réclame 40 % du territoire du Guyana

Cette année, le Guyana a découvert un important gisement de pétrole dans ses eaux territoriales. Peu de temps après, le Venezuela, pays voisin, a voté un décret qui stipule que dorénavant toutes les eaux territoriales du Guyana et 40 % de sa superficie terrestre appartiennent au Venezuela.

En 1899, la dispute sur le territoire en question a été réglée en faveur du Guyana. Plus d'un demi-siècle plus tard, en 1966, le Venezuela a contesté cet ancien accord. Et le litige n’a jamais été totalement résolu. Aujourd’hui on découvre que cette zone de forêt tropicale regorge de minéraux. Et le Venezuela veut sa part.
 

Les petits pays en position d'arbitre

Le Venezuela cherche des alliés dans cette dispute. Ces deux derniers mois, Nicolas Maduro, le président vénézuélien a fait le tour des îles de la Caraïbe. Caracas a beaucoup aidé la région à travers les programmes de coopération pétrolière,  Petrocaribe, et d’autres investissements substantiels. Maintenant le Venezuela a besoin en retour du soutien de ces petits pays.

Mais la CARICOM, la Communauté Caribéenne, composée d’une quinzaine de pays anglophones a déjà tranché : L’intégrité des frontières actuelles entre le Guyana et le Venezuela  doit être respectée. Nicolas Maduro a des moyens de pression sur certains pays de la CARICOM, une organisation qui pêche souvent par le manque de solidarité entre ses membres. Les Nations Unies sont saisies du problème, mais le Guyana veut que ce conflit soit arbitré par la Cour Internationale de Justice.