martinique
info locale

Les habitants de Bas-Maternité ne supportent plus les nuisances du chantier du lycée Schoelcher

santé
Chantier Bas-Maternité
Christian Vallajo, porte-parole du collectif de défense des habitants de Bas-Maternité à Fort de France ©Martinique 1ère
Le collectif de défense des habitants de Bas-Maternité à Fort de France ne supporte plus les nuisances du chantier du lycée Schoelcher. Les problèmes d'audition et de respiration semblent s'accumuler selon les responsables du collectif. Le Conseil Régional prend des mesures rassurantes.
Depuis 2011, les habitants de ce quartier où se construit un bâtiment de transit du lycée Schoelcher se disent victimes du bruit "hors norme" et des nuisances de la poussière de ciment. "Nous comptons une dizaine de malades avec certificats médicaux à l’appui", déclare Christian Vallejo, porte-parole du collectif des habitants de Bas-Maternité à Fort de France. "On nous dit de patienter, que ce chantier sera livré en janvier…même en 2017 ce ne sera pas livré déplore Christian Marajo.

Le Conseil Régional est prié de prendre des mesures de sécurité

"Nous avons saisi un cabinet d’experts qui nous a dit que la première des choses à faire est de sécuriser  les lieux et de confiner tout le bâtiment. Regardez le chantier de la cathédrale à Fort de France ! Il est confiné et donc les commerçants et les personnes sont protégés de la poussière"...Les problèmes d'audition et de respiration semblent s'accumuler selon les responsables du collectif qui demandent au Conseil Régional des mesures urgentes.
Les habitants du quartier Bas Maternité à Ford de France sont incommodés par la poussière
Après un échange sur le chantier avec les habitants du quartier ce mardi matin (20 octobre) et lundi soir (19 octobre) au Conseil Régional, un cahier des charges a été établi pour réduire les nuisances. Le collectif a obtenu que les entreprises ne travaillent pas le samedi et le dimanche. Des échanges qualifiés de cordiaux par les représentants du Conseil Régional, dont Catherine Conconne, première vice-présidente et des responsables des entreprises.Tous se sont accordés sur le fait que cet établissement serait bénéfique pour le quartier notamment en termes d'emplois.
Publicité