martinique
info locale

L'État se donne les moyens de mieux communiquer pour davantage de sécurité

sécurité
Nouveau  système de radio-numérique
De Gauche à droite : Sylvain Montgénie (Sdis)-Fabrice Rigoulet-Roze (Prefet)-Franck Drumeaux (Police), lors de la présentation de la radio-numérique, Caserne de Gendarmerie de Redoute ©Préfecture
La Martinique est le premier département d'Outre Mer à se doter de l'INPT (Infrastructure Nationale Partagée des Transmissions). Il s'agit d'un nouveau système radio-numérique de communication qui va renforcer la coordination entre les services opérationnels de sécurité de l’État.
Cet outil de coordination et de remontée d’information était très attendu en Martinique. Il permettra aux différents acteurs des services impliqués dans la gestion d'un événement de communiquer ensemble sur la même fréquence (ou en interne sur leur fréquence dédiée).

Pour les Martiniquais, l'INPT accroîtra la qualité du service rendu grâce à une meilleure réactivité des services en question. La première plate-forme expérimentale a été ouverte dans le département de l'Ain en 2004 et est actuellement exploitée par  la police, les sapeurs-pompiers et le Samu.
Radio-numérique pour les services de l'Etat
Au cours du 1er trimestre 2016 l'INPT devrait etre étendu à tous les acteurs de la sécurité publique et civile ©Préfecture
En Martinique, sous l'autorité du préfet, le déploiement de l'INPT a débuté fin 2014 et son ouverture opérationnelle a eu lieu en  décembre 2015. Les différents services vont disposer d'un outil de télécommunications opérationnelles intégré permettant la coordination préfectorale et la remontée d'information à tous les niveaux hiérarchiques.

Au cours du premier trimestre 2016, l'INPT devrait être étendu au SDIS et au SAMU, puis à d'autres utilisateurs et acteurs de la sécurité publique et civile. C’est l'aboutissement d'un long processus au niveau national.

Le ministère de l'intérieur ayant décidé de l'installation de cette infrastructure radio numérique aux Antilles, il a été immédiatement soutenu par le ministère des outre-mer, qui a contribué au financement de l'INPT aux Antilles, à hauteur de 2,2 M d'euros. 
Publicité