300 chariots incendiés près de l'hypermarché de Dillon à Fort-de-France

incendies
Hypermarché
Chariots incendiés devant l'hypermarché du quartier Dillon à Fort-de-France. ©Xavier Chevalier

Un ou plusieurs individus ont incendié trois abris sur le parking du centre commercial de Dillon. Si aucune victime n'est à déplorer, 300 chariots sont brûlés et hors d'usage. De nouveaux ont été acheminés tôt ce mercredi 23 décembre 2020 afin de les remplacer. 

Plus de peur que de mal sur le parking de l'hypermarché du quartier Dillon à Fort-de-France. Durant la nuit de mardi 22 à mercredi 23 décembre 2020, les pompiers ont maîtrisé trois incendies devant le centre commercial.

Voyez la vidéo de l'un de nos internautes. 

Abris et chariots endommagés devant un centre commercial

Les secours estiment que les feux ont été déclenchés volontairement. Le ou les auteurs ont embrasé trois abris à charriots. Environ 300 chariots sont brûlés. 

Chariots endommagés
Chariots endommagés devant le centre commercial de Dillon à Fort-de-France. ©Xavier Chevalier

Cyril Rigo, le directeur de l'hypermarché, condamne ce geste. Il s'inquiétait car de nombreuses personnes sont attendues pour effectuer leurs derniers achats avant Noël. Pour compenser la perte, des chariots ont été acheminés depuis les enseignes partenaires. 

Pas de panique pour les clients, il y aura des chariots pour tous.

Ciryl Rigo

 

"Afin d'éviter de perdre d'autres chariots, ils seront rentrés et mis sous clé pour éviter de nouveaux désagréments " précise le responsable. 

Les 2/3 du parc de chariots sont perdus à cause du sinistre. De nouveaux ont été commandés mais n’arriveront pas avant trois mois.

D'autres incendies suspects

 

Cette nuit également, au Robert, sur le parking d'un autre commercial appartenant au groupe Hayot, les pompiers sont intervenus pour un véhicule en feu.

Par ailleurs, dans la nuit du 21 lundi au mardi 22 décembre 2020, un radar installé le long de la RN1, au niveau du lieu dit Brasserie Lorraine, a été endommagé par un autre incendie.

Ces actes n'ont pas été revendiqués, pour l'instant. Policiers et gendarmes enquêtent afin notamment de comprendre s'il s'agit d'opérations organisées, par qui et pourquoi ?