35 scientifiques d'Outre-mer (médecins, professeurs et chercheurs) exhortent leurs compatriotes à se faire vacciner

coronavirus
Vaccination / vaccin
Vaccin en cours (image d'illustration). ©Martinique la 1ère
"Guadeloupéens, Guyanais, Martiniquais, Réunionnais, il devient urgent de vous faire vacciner" ! C’est l’appel lancé dans une tribune commune par des praticiens originaires des 4 territoires. Le ton est alarmiste, face aux contaminations et aux décès qui se multiplient.

Scientifiques, médecins, originaires de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique et de La Réunion et/ou investis dans ces territoires, appellent leurs compatriotes et tous ceux qui y vivent, à se faire vacciner "au plus vite" contre la Covid, "compte tenu de la catastrophe sanitaire dans laquelle nous sommes" précisent les 35 professionnels signataires.

Nous souhaitons que cet appel permette aux nôtres de vaincre leurs peurs, la désinformation, les fakes news, et les contre-vérités scientifiques abondamment répandues (…).

 

La lutte contre la COVID-19 dans nos territoires, est devenue une urgence sanitaire !

(Les signataires)

 

Les praticiens soulignent qu’ils ont eux-mêmes reçu "une vaccination complète".

Cette infection au SARS-Coronavirus de type 2, responsable de la COVID-19, n’est pas une situation spécifiquement guadeloupéenne, guyanaise, martiniquaise ou réunionnaise.

 

Il s’agit d’une pandémie et c’est le monde entier qui est concerné.

(Les professionnels)

 

"Le maximum d’êtres humains doit être vacciné"

 

De nombreux pays en voie de développement, demandent désespérément des vaccins, car l’épidémie cible surtout les personnes non vaccinées de tous les continents.

 

Le maximum d’êtres humains doit être vacciné, afin d’éviter l’émergence de variants plus redoutables que ceux qui circulent actuellement.

(Les scientifiques d’Outremer)

Découvrez l’intégralité de la tribune

Nous, scientifiques, médecins, originaires de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique et de La Réunion et/ou investis dans ces territoires, appelons les Guadeloupéens, les Guyanais, les Martiniquais et les Réunionnais et tous ceux qui y vivent, à se faire vacciner au plus vite contre la Covid compte tenu de la catastrophe sanitaire dans laquelle nous sommes.

Nous souhaitons que cet appel permette aux nôtres de vaincre leurs peurs, la désinformation, les fakes news, et les contre-vérités scientifiques abondamment répandues.

En effet,

• le nombre de patients infectés dans nos territoires connaît une progression très inquiétante dans le sillage de la Martinique, où le taux d’incidence de l’infection dépassait fin juillet la barre de 1cas pour 100 habitants, soit 5 fois plus que la moyenne nationale ;

• nos populations ont un risque majeur de développer des formes sévères de COVID-19, en raison des prévalences élevées de surpoids/obésité, diabète, hypertension artérielle, et aussi de l’existence d’une proportion importante de personnes âgées de plus de 60 ans ;

• les services de réanimation sont déjà saturés : des transferts sanitaires aériens vers Paris de patients COVID-19 médicalisés et sous ventilation artificielle, ont débuté dès le samedi 31 juillet afin de soulager le service de réanimation de la Martinique. La lutte contre la COVID-19 dans nos territoires est devenue une urgence sanitaire !

Nous, scientifiques, médecins originaires de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique et de la Réunion et/ou investis dans ces territoires, ayant nous-mêmes reçu une vaccination complète, affirmons que tous les vaccins anti-COVID-19 autorisés :

• ont suivi toutes les étapes scientifiques leur permettant d’être homologués par les Agences des médicaments nationales et internationales ;

• ont une efficacité rarement obtenue avec d’autres vaccins, en particulier les vaccins à "ARN messager", contre la survenue de formes sévères, d’hospitalisations et décès ;

• s’accompagnent, sur la base des données obtenues après plus d’un milliard de Personnes complètement vaccinées dans le Monde, et après 8 mois de recul, de rarissimes effets secondaires graves non toxiques. Rappelons que la plupart des Médicaments ont des effets secondaires ;

• nous permettront d’éviter durablement des hospitalisations, notamment en réanimation, des décès, des séquelles respiratoires, des douleurs et autres.

Nous scientifiques, médecins originaires de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane et de La Réunion et/ou investis dans ces territoires, précisons qu’aujourd’hui :

• cette infection au SARS-Coronavirus de type 2, responsable de la COVID-19, n’est pas une situation spécifiquement guadeloupéenne, guyanaise, martiniquaise ou Réunionnaise : il s’agit d’une pandémie et c’est le monde entier qui est concerné ;

• de nombreux pays en voie de développement, demandent désespérément des vaccins, car l’épidémie cible surtout les personnes non vaccinées de tous les continents;

• le maximum d’êtres humains doit être vacciné afin d’éviter l’émergence de variants plus redoutables que ceux qui circulent actuellement.

FAITES-VOUS VACCINER ! C’EST LA MEILLEURE ARME POUR VAINCRE CETTE PANDÉMIE !

Premiers signataires :

  • Dr José-Luis BARNAY, chef du service de Médecine Physique et Réadaptation (MPR), CHU de la Martinique
  • Dr Yannick BROUSTE, chef du Service des Urgences, CHU de Martinique
  • Pr André CABIÉ, chef du service de maladies infectieuses et tropicales au CHU de Martinique
  • Pr Raymond CÉSAIRE, Chef du pôle de Biologie territorial, CHU de la Guadeloupe, ancien Doyen de l’UFR Santé des Antilles
  • Dr Cyrille CHABARTIER, Chef du service de Réanimation polyvalente -Soins intensifs post-opératoires, CHU de Martinique
  • Pr Aimé CHARLES-NICOLAS, Professeur Emérite de Psychiatrie et d’Addictologie, ancien Chef de Service au CHU de Martinique
  • Pr Pierre COUPPIÉ, chef du Service de Dermatologie, Centre Hospitalier de Cayenne, Directeur du DFR Santé, Université de Guyane
  • Pr Nadège CORDEL, cheffe du service de Dermatologie - Immunologie, CHU de la Guadeloupe, vice-présidente de la société française de dermatologie
  • Pr Jacqueline DELOUMEAUX, Épidémiologiste, vice-Présidente Recherche, CHU de la Guadeloupe
  • Pr Félix DJOSSOU, chef du service de maladies infectieuses et tropicales et président de la CME du Hôpital de Cayenne, Guyane
  • Pr Moustapha DRAMÉ, épidémiologiste, Coordonnateur médical de la recherche clinique, CHU de la Martinique
  • Pr Suzy DUFLO, cheffe du service du service d’Oto-Rhino-Laryngologie (ORL), CHU de la Guadeloupe, Chef de service d’ORL, CHU de la Guadeloupe, Doyen de l’UFR Santé de l’Université des Antilles
  • Dr Cédric FAGOUR, chef du service Diabétologie, Endocrinologie et Nutrition, CHU de la Martinique
  • Dr Jean-Luc FANON, Chef du Service de gériatrie, CHU de la Martinique, membre du Conseil scientifique COVID-19 de l’ARS de la Martinique, Centre Hospitalier Universitaire Martinique
  • Dr Moana GÉLU-SIMÉON, cheffe de Service Hépato-Gastro-Entérologie, CHU de la Guadeloupe
  • Dr Emmanuel GORDIEN, chef de l’unité de Virologie, hôpital Avicenne — Assistance Publique, Hôpitaux de Paris, Bobigny, chef du Centre National de Référence de l’Hépatite virale Delta
  • Pr Olivier HERMINE, chef du service d’Hématologie et Immunologie de l’hôpital Necker, Enfants malades-Assistance Publique, Hôpitaux de Paris
  • Pr Jocelyn INAMO, chef du département de Cardiologie, CHU de la Martinique
  • Pr Eustase JANKY, chef du pôle « Parent-Enfant » CHU de Guadeloupe
  • Dr Bruno JARRIGE, Chef du pôle Santé publique - Qualité Sécurité des Soins-Recherche, CHU de la Guadeloupe
  • Pr Georges JEAN-BAPTISTE, ancien chef du service de Rhumatologie, CHU de Martinique, doyen honoraire de l’UFR santé des Antilles  
  • Dr Mehdi JEAN-LAURENT, chef de service de l’Unité de chirurgie gynécologique et mammaire, CHU de la Martinique
  • Dr Clarisse JOACHIM-CONTARET, chef du pôle par intérim de Cancérologie Hématologie Urologie, CHU de Martinique
  • Dr Sandrine JULIÉ, responsable du Département d’Information Médicale, Pôle Médecine Spécialités Médicales Pathologies Digestives et Santé Publique, Vice-Présidente de la CME, CHU de la Martinique
  • Pr Philippe MATHURIN, Chef du service des Maladies de l’appareil digestif, Hôpital Huriez, à Lille
  • Dr Patrick MAVINGUI, Directeur de l’UMR Processus Infectieux en Milieu Insulaire Tropical, Chargé de Mission Recherche et Valorisation de l’Université de La Réunion
  • Pr Magalie PIERRE DEMAR, Cheffe du service du laboratoire de Biologie Médicale et du secteur Parasitologie-Mycologie, Hôpital de Cayenne, Guyane
  • Pr Patrick PLAISANCE, Chef de la Fédération des Urgences, CHU Lariboisière Fernand￾ Widal- Assistance Publique des Hôpitaux de Paris
  • Dr Patrick PORTÉCOP, Chef du Pôle Urgences Soins Critiques CHU de la Guadeloupe, Chef de Service SAMU 971— SMUR de Pointe à Pitre
  • Pr Chantal RAHERISON-SEMJEN, cheffe de l’unité de Pneumologie Générale - Ventilation, CHU de Bordeaux, présidente de la Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF)
  • Dr Marc ROMANA, chercheur INSERM, UMR S-665, Guadeloupe
  • Pr Serge ROMANA, Chef du service d’Histologie - Embryologie - Cytogénétique, Hôpital Necker Enfants Malades - Assistance Publique des Hôpitaux de Paris
  • Pr François ROQUES, chef du service de Chirurgie Thoracique, Président de la Commission médicale Exécutive, CHU de Martinique
  • Pr Christian SAINTE-ROSE, ancien chef du service de Neurochirurgie pédiatrique, CHU Necker -Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, ancien chef de service de Neurochirurgie, CHU de la Martinique
  • Dr Rudy VALENTINO, médecin Réanimateur, Directeur de l’Espace de Réflexion Ethique Régional de Martinique, CHU de la Martinique.