500 salariés du groupe Ho-Hio-Hen distribution de Martinique, Guyane et Guadeloupe en pleine tourmente

social
Les salariés du groupe Ho-Hio-Hen distribution au tribunal de commerce de Fort-de-France
©Brigitte Brault
Les salariés de Ho-Hio-Hen distribution attendaient depuis ce matin (3 mars 2020) la décision du tribunal de commerce. 500 employés dont certains ne sont pas payés depuis un mois. Une question se pose, comment subvenir aux besoins de leur famille dans les semaines qui viennent ? 
Attendre, attendre et encore attendre...Ce matin (3 Mars 2020), à 10 heures, au tribunal de commerce de Fort-de-France, les visages semblent paisibles mais ils cachent avec dignité l'inquiétude d'hommes et femmes qui ne savent pas de quoi leur avenir sera fait. 

Bien sûr, ce n'est pas la première fois que les traits s'assombrissent au tribunal de commerce. Bien sûr, il y a une réalité économique. Mais derrière le voile, il y a aussi des réalités humaines. 

82 salariés de Géant Casino attendent leur salaire depuis un mois et dans les rangs de ceux et celles qui patientent, l'heure est difficilement à la confidence. Il faut faire face. Pour les enfants, les parents, et pour soi-même. Ici, on ne s'épanche pas facilement. Une question d'éducation et d'amour-propre. 

Peu à peu, avec pudeur, discrétion et une fierté bien compréhensible, les femmes se confient. Oui elles puisent dans leurs économies "quand il y en a" raconte l'une d'elle.

Pendant ce temps là, les juges du tribunal de commerce entendent, un à un, les représentants des 19 sociétés du groupe Ho-Hio-Hen distribution. Casino Silo, Géant Batelière, Multigros et Ecomax sont dans la ligne de mire. 

Les secondes passent, les minutes s'écoulent et les heures s'égrènent. 
 

 La famille nous aide quand elle le peut, on a même des clients qui nous apportent des petits compléments de leurs jardins ou autre. On s'en sort comme ça.
- Une salariée de Géant Casino sans salaire depuis plus d'un mois.


"C'est important pour le moral vous savez, on est un groupe soudé, sinon nous n'arriverions pas à tenir". 
 

Les habitudes de consommation ont changé 


Liquidée ou en redressement judiciaire, la vie professionnelle d'un salarié qui a 10, 20, 30, ou une seule année d'ancienneté, est suspendue au jugement du tribunal de commerce.
Des postes sans qualification où spécialisés, les employés ont commencé leur vie professionnelle dans une petite structure comme Ecomax. Petit à petit, les clients ont déserté ces supérettes pour ne faire leurs courses que dans les grandes surfaces.

Les habitudes de consommation ont changé. "Les clients qui faisaient toutes leurs courses chez nous ont diminué leurs achats et ne sont plus venus que pour un achat complémentaire. Des dates de péremption de certains aliments étaient même dépassés à cause des invendus" raconte une vendeuse de l'un de ces petits commerces. 

A voir les parking de certains hypermarchés s'agrandir, il est aisé de comprendre que les consommateurs ont pris le pli de faire leurs courses dans un certain confort. Pas seulement pour l'alimentaire mais aussi pour flâner, acheter une glace ou un sandwich, admirer les vitrines des beaux magasins, se faire plaisir et repartir. 

C'est aussi le visage de la Martinique. 
 

10 sociétés liquidées et 9 en redressement judiciaire


En début d'après-midi, le tribunal de commerce a tranché. Sur les 19 SARL du groupe Ho-Hio-Hen Distribution, 10 sont en liquidation judiciaire à effet immédiat. Une seule d'entre elle Soneal a une poursuite d'activités de deux mois. 
Les 9 autres Ho-Hio-Hen Import, GIE Super H, RMS, Armes Frilog, RMS II; Stikalog, SGBF, Armacetic, Gaia Martinique. 

9 sont en redressement judiciaire avec une période d'observation de 6 mois. A savoir Qualilog, Super H Silo, Socaumar, H Alimentation, Ecomax Guadeloupe, Ecomax Guyane, Ecomax Martinique, 3 H Services, Socofi.