"98 % des eaux de baignade en Martinique sont conformes" selon l’Agence Régionale de la Santé

environnement
Eau / mer
Image d'illustration. ©Guy Etienne
Le dernier bilan de la qualité des eaux de baignade en Martinique est conforme à 98%. Du 1er janvier 2020 au 30 septembre 2021, l’ARS, en charge du suivi qualitatif de ces eaux, a effectué 1857 prélèvements, en mer et en rivière. "La tendance est stable et demeure fragile" indique l'Agence Régionale de la Santé.

"98 % des baignades en Martinique sont conformes aux exigences de qualité fixées par l’Europe", une bonne nouvelle pour les familles à l’approche des grandes vacances. 

Pour la saison 2020-2021, le contrôle sanitaire a porté sur 62 zones de baignade déclarées (59 en mer et 3 en rivière), réparties sur 20 communes.  

  • Du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021 : 1761 prélèvements ont été effectués en mer (sur 59 sites),
  • 96 prélèvements en rivière (sur 3 sites). 

8 communes en observation  

53 baignades demeurent inchangées, 16 interdictions temporaires de baignade ont été prononcées par arrêté municipal. Ces interdictions ont concerné les communes des Anses-d’Arlet, Bellefontaine, Sainte-Anne, Sainte-Luce, Sainte-Marie, Trinité, Trois-Ilets et le Vauclin. La gestion active notamment sur la thématique de la pluviométrie ainsi que l’information du public par affichage en mairie ou sur les sites de baignade doivent être améliorés.

L’Agence Régionale de la Santé

Qualité baignade / mer / rivière / ARS
Cartographie mettant en évidence la qualité des sites de baignade surveillés en Martinique. ©ARS

  

"Quelques sites fréquentés restent vulnérables"   

Les mesures mises en place afin d’améliorer l’assainissement collectif par la réduction des pics de pollutions ou de leur fréquence au niveau des zones de baignade, participent largement à la préservation de la qualité des eaux de baignade. Toutefois, quelques sites de baignade fréquentés restent vulnérables à des pollutions par des matières fécales.

L’ARS

Conséquence, "la tendance est stable et demeure fragile" observe l’ARS, laquelle incite les particuliers à "l’effort collectif, en complément de la responsabilité des communes". L'objectif est d’améliorer encore la qualité des eaux de baignade de l’île, "notamment en ce qui concerne l’assainissement des eaux usées domestiques et l’hygiène générale des rivières et des plages".