martinique
info locale

Les accès de Carrefour Dillon bloqués en Martinique

Commerce
Mouvement politique et spirituel MUN d'Olivier Bérisson
Manifestation du mouvement politique et spirituel MUN devant l'enseigne Carrefour Dillon ©Christine Cupite
Près de cent militants associatifs, dont ceux du mouvement politique et spirituel MUN (moun) ont entravé les accès de l’hypermarché du centre commercial de Dillon à Fort-de-France ce samedi 19 octobre 2019, pour réclamer réparation à la grande distribution dans le scandale de la chlordécone.
Au lendemain de la fin des travaux de la commission d’enquête parlementaire sur l’utilisation da la chlordécone et du paraquat, le mouvement politique et spirituel MUN et quelques autres associations militantes, se sont manifestés tôt ce samedi 19 octobre 2019, devant l’hypermarché de Dillon (du Groupe Bernard Hayot), avec des drapeaux tricolores (rouge, vert, noir) et des tambours.

Ces manifestants, tout comme le leader de MUN (Olivier Bérisson), estiment que "la grande distribution est aussi responsable du scandale sanitaire liée à la commercialisation du pesticide chlordécone, vecteur de la pollution d’une partie des terres martiniquaises et guadeloupéennes, notamment dans le milieu agricole", d’où cette action qui pourrait être reconduite chaque week-end aux portes d’autres grandes surfaces dans les semaines à venir.

Écoutez les commentaires de quelques participants.

Manifestation devant le centre commercial de Dillon

Surprise et colère du côté des clients, lesquels ont été contraints d’aller effectuer leurs courses ailleurs, tandis que d’autres organisations comme le MIR (Mouvement International pour les Réparations) avaient également appelé la population à boycotter tous les supermarchés de l’île, en ne s’y rendant pas.
MUN
Blocage des accès de l'hypermarché Carrefour Dillon par des militants, dont Olivier Bérisson (leader de MUN) ©Christine Cupite
Les employés de la grande surface de Dillon dont l'activité a été perturbée, ont eux aussi manifesté leur mécontentement face à ce coup de force, mais hors micro. C’est le cas de cette salariée interrogée par Christine Cupite.

Centre commerciale de Dillon à Fort-de-France

A la mi journée, les rideaux du centre commercial étaient toujours baissés. Les manifestants avaient l’intention de poursuivre leur seating devant les entrées de l’hypermarché jusqu’en fin de journée.
Publicité