Les agriculteurs de Martinique réclament aux pouvoirs publics "un plan d'urgence sécheresse"

agriculture
Sécheresse
©Martinique la1ere
Vendredi 24 juillet 2020, à l'issue d'une opération escargot partie de la chambre d'agriculture du Lamentin, plusieurs représentants des filières du monde agricole ont été reçus en préfecture. Ces professionnels de la terre demandent une relance du secteur et un plan d'urgence sécheresse.
Éleveurs, planteurs, maraîchers... le monde agricole de Martinique était dans la rue vendredi 24 juillet 2020. Après avoir rallié Fort-de-France en opération escargot, au départ de la chambre d'agriculture du Lamentin, les agriculteurs ont été entendus en préfecture.

Ils ont réclamé des aides en faveur de la filière et "un plan d'urgence sécheresse", un carême dont souffrent les professionnels depuis plusieurs années. 

André Prosper, président de la CODEM (Coopérative Des Éleveurs bovins de la Martinique), estime que la situation du monde agricole est "catastrophique" et espère une "réaction urgente des pouvoirs publics".
 

On va vers une catastrophe sanitaire pour la filière élevage. La canne est en train de mourir complètement. Aucune plantation n'a pu être faite jusqu'à aujourd'hui parce-que les sols sont trop secs, il n'y a pas d'eau.
Au niveau de la banane, les plantations sont "cyclonées" à l'heure actuelle, donc nous allons perdre des parts de marchés considérables et le vivrier n'existe plus.  

André Prosper

 

Le cri d'alarme des agriculteurs


Des revendications d'autant plus urgentes que selon les maraîchers, "les pouvoirs publics tardent à prendre conscience de la situation, car la procédure pour déclarer l'état de calamité prend environ 5 ou 6 mois. Pendant ce temps les animaux meurent, les savanes se dessèchent et les agriculteurs n'ont pas les moyens de nourrir l'ensemble des animaux avec des produits importés".

Cette situation qui selon eux, les empêche de travailler sur le long terme, pourrait conduire à "la disparition totale des terres agricoles si rien n'est fait" ajoutent-t-ils.
 

"Une réunion constructive"


Pendant deux heures, ces agriculteurs ont échangé avec le préfet du territoire, Stanislas Cazelle, sur les différentes problématiques qu'ils rencontrent. À la sortie, le planteur Juvénal Remir a parlé d'une discution"constructive".
 

Monsieur le Préfet a dit qu'il va essayer de faire bouger les choses rapidement, voir avec le président du conseil exécutif de la CTM si on peut activer les choses plus rapidement et il verra aussi avec Paris, pour essayer de répondre à nos doléances.
La chose très importante c'est qu'il nous a promis de nous rencontrer tous les mois, pour que nous puissions travailler sur les différents problèmes que nous rencontrons à la Martinique.

Juvénal Remir

Les Outre-mer en continu
Accéder au live